Jazz au Trésor : Steve Kuhn & Sheila Jordan

Une perle cachée du catalogue ECM, « Playground » du Steve Kuhn/Sheila Jordan Band, en 1979.

Jazz au Trésor : Steve Kuhn & Sheila Jordan
Photo - Steve Khun et Sheila Jordan MEA 603*380

À ÉCOUTER

Steve Kuhn, Sheila Jordan : Tomorrow's Son du 29 Février 2016

À ÉCOUTER

Steve Kuhn, Sheila Jordan : Gentle Thoughts du 01 Mars 2016

À ÉCOUTER

Steve Kuhn, Sheila Jordan : Poem for N° 15 du 02 Mars 2016

À ÉCOUTER

Steve Kuhn , Sheila Jordan : Life's Backward Glance du 08 Mars 2016

D’emblée, avant même de mettre le vinyle sur la platine, le souvenir d’un temps où les pochettes ECM pouvaient être en couleur. Et où parfois elles étaient signées d’un grand nom de la photographie contemporaine, comme ici Joel Meyerowitz.

L’autre surprise de l’album est d’y trouver Steve Kuhn pas seulement compositeur, mais auteur des textes chantés par Sheila Jordan. La collaboration du pianiste américain avec ECM avait débuté en novembre 1974 par un coup double : l’album « Trance » en quartet (avec Steve Swallow, Jack DeJohnette et la percussioniste Sue Evans) et « Ecstasy » en piano solo. Nouveau quartet avec le saxophoniste Steve Slagle cette fois, pour « Motility » en 1977 et « Non-Fiction » en 1978.

C’est donc à 41 ans, en juillet 1979 que Steve Kuhn enregistre pour la première fois avec la vocaliste Sheila Jordan, de dix ans son ainée, alors qu’ils se connaissant depuis le début des années 1960. Le pianiste et compositeur laisse là couler sa verve lyrique avec d’autant plus de générosité que les mots amplifient encore l’effet. Ce qui était en germe dans « Trance » se trouve là totalement épanoui. Une même composition, Life's Backward Glance, se retrouve d’ailleurs en clôture de « Trance-, « Ecstasy » et celui-ci !

Deux autres thèmes, Gentle Thoughts et Poem For No. 15, apparaissaient comme un diptyque sous le titre Thoughts of a Gentleman – The Sage of Harrison Crabfeathers dans « Ecstasy ». Le jeu de piano de Steve Kuhn y est particulièrement étincelant, avec une main droite qui emplit l’espace de telle sorte que lorsque la main gauche fait son apparition on a l’impression qu’il s’agit d’un second pianiste… Steve Kuhn, une fois de plus, s’y révèle comme l’un des pianistes de jazz qui approchent le mieux l’extase et la transe.

Steve Kuhn (piano)
Sheila Jordan (voix)
Harvie Swartz (basse)
Bob Moses (batterie)
Enregistré en juillet 1979 aux studios Columbia à New York

Une nouvelle vie pour les disques vinyles en multiples exemplaires de la discothèque de Radio France