Jazz au Trésor : Shirley Horn - Live at the 4 Queens

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication des inédits de Shirley Horn à Las Vegas en 1988.

Jazz au Trésor : Shirley Horn - Live at the 4 Queens
Shirley Horn ©JazzRadio

À ÉCOUTER

Shirley Horn : You'd Be So Nice to Come Home To du 26 Septembre 2016

À ÉCOUTER

Shirley Horn : Lover Man ( Oh Where Can You Be?) du 22 Septembre 2016

À ÉCOUTER

Shirley Horn :The Boy From Ipanema du 27 Septembre 2016

À ÉCOUTER

Shirley Horn : Something Happens To Me du 22 Septembre 2016

À ÉCOUTER

Shirley Horn :Just for a Thrill du 03 Octobre 2016

Depuis sa disparition le 20 octobre 2005 (elle était née le 1er mai 1934), nous n’avions plus eu droit à un enregistrement du trio de Shirley Horn, celui qu’elle mena pendant 25 ans avec le contrebassiste Charles Ables et le batteur Steve Williams. Hors des modes, hors du temps, indissociables pour le son commun, la manière de respirer à trois dans les silences et les tempo suspendus.

Pour le coup, la publication de ce concert inédit fait évènement, surtout de la part d’un label, Resonance (dist. Socadisc), qui s’est spécialisé dans l’exhumation de trésors inespérés (Bill Evans, Wes Montgomery, Charles Lloyd, Larry Young, Sarah Vaughan, Stan Getz…). Car, non seulement les bandes originales sont remastérisées, mais le copieux livret (56 pages) inclut de longs essais de James Gavin, Sheila Jordan, Rainy Smith, Rusty Hassan et des interviews de Richard Seidel et Jean-Philippe Allard par Zev Feldman, le détective maison.

"Les chansons ont de la chance, quand Shirley Horn les choisit '' peut faire remarquer Jon Pareles dans The New York Times… Elles sont neuf ici, que Shirley Horn et ses deux garçons font vibrer en les ralentissant souvent jusqu’au bord du précipice. La pianiste et chanteuse les chante sur un ton de confidence, nous faisant croire qu’il s’agit d’autant d’autoportraits. On devine la silhouette du Boy from Ipanema et on frissonne de la tête aux pieds avec Just for a Thrill.

Dans le livret, le témoignage final de Sheila Mathis, qui fut sa manageuse de 1992 à 2005, livre l’essentiel de Shirley Horn en trois mots : « She had presence ». Une présence qui enchanta d’innombrables nuits à Washington quand les jazzmen de passage venaient se détendre à sa table autour d’un porc à la bière. Le dessert, c’était le piano et la tendresse de la fête jusqu’à l’aube. À Las Vegas, elle fut de passage. Pour conter en musique des histoires vécues de femmes et d’hommes. Comme si on ne les avait jamais vraiment entendues jusque-là.

Shirley Horn, voix, piano
Charles Ables, contrebasse
Steve Williams, batterie
Enregistré le 2 mai 1988 au Four Queens Hotel, Las Vegas

Sur le même thème