Jazz au Trésor : Shelly Manne - 2 3 4

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, un petit bijou de l’histoire du jazz, l’album « 2,3,4 », chez Impulse, où Shelly Manne s’amuse à faire apparaître et disparaître les membres de son quartet.

Jazz au Trésor : Shelly Manne - 2 3 4
Shelly Manne, © Getty / Bernie Walters - Treecastle Images

L’un des albums les plus singuliers produits par Bob Thiele pour le label Impulse… Comme son titre le laisse deviner, « 2,3,4 » propose conjointement des duos, trios et quartets. Pour être précis, un duo, deux trios et trois quartets ! Mais comme le nom du batteur Shelly Manne, associé à la West Coast, ne le suggère pas, le casting est étonnamment ouvert, à la fois en terme de générations et d’esthétiques. Pour un résultat frais, aventureux et enthousiasmant.

Quelques mois auparavant, Shelly Manne (1920-1984) avait enregistré pour Contemporary un album entier en duo avec le guitariste Jack Marshall (« Sounds Unheard Of ! »). Si les duos allaient proliférer dans les années 70 et au-delà, en 1961-62, ils relevaient encore de la curiosité. C’est le plus moderne des classiques, Coleman Hawkins, au sax ténor, qui se retrouve ici invité à dialoguer avec la batterie de Shelly Manne. Ils avaient déjà collaboré neuf ans plus tôt, en 1943, au sein du quartet du saxophoniste et à nouveau en 1946. Ils allaient aussi se retrouver dans les fameuses sessions Jazz at the Philharmonic produites par Norman Granz. Pour parachever le côté insolite de la rencontre, Coleman Hawkins est assis au piano sur la première partie de Me and Some Drums, avant de prendre son ténor !

C’est avec le vibraphoniste et pianiste Eddie Costa (qui allait disparaitre six mois plus tard, à 31 ans dans un accident de voiture) et le contrebassiste George Duvivier que Shelly Manne choisit le format du trio, notamment pour un The Sicks of Us qui fait la part belle à l’improvisation libre. 

En quartet, avec Hawkins, Duvivier et le piano de Hank Jones, Shelly Manne s’amuse à jouer par instants deux tempos simultanés (sur Take the A Train et Cherokee), histoire de montrer que l’avant-garde (notamment dans la même maison Impulse) ne leur est pas totalement étrangère. On se souvient que Hawkins ne dédaignait pas jouer avec Max Roach ou Eric Dolphy au même moment… 

  • Me and Some Drums

Coleman Hawkins (sax ténor, piano)
Shelly Manne (batterie)
Enregistré à New York, le 5 février 1962

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Shelly Manne : Me and Some Drums

  • The Sicks of Us

Eddie Costa (vibraphone)
George Duvivier (contrebasse)
Shelly Manne (batterie)
Enregistré à New York, le 8 février 1962

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Shelly Manne : The Sicks Of Us

  • Slowly

Coleman Hawkins (sax ténor)
Hank Jones (piano)
George Duvivier (contrebasse)
Shelly Manne (batterie)
Enregistré à New York, le 5 février 1962

  • Cherokee

Coleman Hawkins (sax ténor)
Hank Jones (piano)
George Duvivier (contrebasse)
Shelly Manne (batterie)
Enregistré à New York, le 5 février 1962

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Shelly Manne : Cherokee

  • Take the A Train

Coleman Hawkins (sax ténor)
Hank Jones (piano)
George Duvivier (contrebasse)
Shelly Manne (batterie)
Enregistré à New York, le 5 février 1962

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Shelly Mane : Take The A Train