Jazz Au Trésor : Oscar Peterson - Porgy & Bess

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, au sein de la série « 5 Original Albums » du fonds de catalogue Universal, un « Porgy & Bess » made in Oscar Peterson en 1959.

À ÉCOUTER

Oscar Peterson : I Got Plenty O'Nuttin' du 13 Juin 2016

À ÉCOUTER

Oscar Peterson : Oh Lawd, I'm On My Way du 15 Juin 2016

À ÉCOUTER

Oscar Peterson : It Ain't Necessarily So du 16 Juin 2016

Universal réédite en coffret de 5 CD à prix budget, avec reproduction recto-verso des pochettes originales (du coup, c’est écrit petit…), quelques trésors historiques des labels qui se trouvent aujourd’hui dans son giron : Verve, Riverside, Prestige, Clef, Norgran, Polydor… Une série de 8 coffrets et une autre de 6 viennent de sortir au printemps : Oscar Peterson, Stan Getz, Charlie Parker, Billie Holiday, Chick Corea, Astrud Gilberto, Ella Fitzgerald, Bill Evans, John Coltrane, Miles Davis, Sonny Rollins, Thelonious Monk, Wes Montgomery et Bill Evans (2 fois).

Beaucoup de pièces maitresses de l’histoire du jazz, et au passage de faux albums mineurs qui valaient la redécouverte. C’est notamment le cas pour Oscar Peterson avec un ensemble qui regroupe « Plays Count Basie » (1955), « A Jazz Portrait Of Frank Sinatra » (1959), « The Jazz Soul Of Oscar Peterson » (1959), « West Side Story » (1962) et ce « Porgy & Bess » de 1959.

Incroyable, vu d’aujourd’hui, cette année 1959 le vit enregistrer pas moins de 15 albums, dont les dix song books, en trio ou en piano solo, consacrés chacun à un grand compositeur du répertoire des standards. Quand Norman Granz avait sollicité Ella Fitzgerald pour la même idée des song books, elle avait pu en étaler l’enregistrement sur huit ans, entre 1956 et 64. Avec grandes formations et arrangements, il est vrai. Alors que dans une époque où une journée suffisait à mettre en boite une pièce maitresse en trio, Oscar Peterson, au sommet de son art, se rendait en studio aussi facilement que s’il se faisait couler un bain …

Pour les dix chansons retenues de « Porgy & Bess », il est accompagne de Ray Brown et Ed Thigpen. Ray Brown est le bassiste d’Oscar Peterson depuis 1952 (et le restera jusqu’en 1998). Ed Thigpen venait de les rejoindre à la batterie au début de l’année 1959 et resterait jusqu’en 1965, auparavant le troisième larron du trio n’était pas un batteur, mais le guitariste Herb Ellis.

À côté de la version qu’en donnèrent Gil Evans et Miles Davis, ce Porgy & Bess est l’un des plus singuliers qui soient, par la propension d’Oscar Peterson à apposer une signature extrêmement personnelle sur chacun des thèmes. Un swing au sourire enjôleur, une virtuosité décontractée, une émotion délicatement voilée… Ce second trio est de première classe !

Oscar Peterson reviendrait sur Porgy & Bess en 1976 dans un album Pablo en duo avec le guitariste Joe Pass.

Oscar Peterson, piano
Ray Brown, contrebasse
Ed Thigpen, batterie
Enregistré à Los Angeles, le 12 octobre 1959