Jazz au Trésor : Nat King Cole "Hittin’ The Ramp: The Early Years (1936 – 1943)

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication chez Resonance Records (distribué par Bertus France) d’un coffret sur les « Early Years » de Nat King Cole (1936-43). Inédits et raretés au passage.

Jazz au Trésor : Nat King Cole "Hittin’ The Ramp: The Early Years (1936 – 1943)
Nat King Cole - Hittin' the Ramp, couverture du coffret, ©

Resonance Records publie « _Hittin' the Ramp : The Early Years (1936-1943) »_, la toute première collection complète des premiers enregistrements de Nat King Cole. Sortie le 1er novembre !

Le coffret se présente en 7 CD (ou 10 LP) et regroupe près de 200 morceaux du grand pianiste et chanteur dans les années qui précèdent son contrat chez Capitol. Il constitue le premier survol majeur de ses débuts à avoir été produit en partenariat avec le Cole Estate.
 

Le projet comprend du matériel inédit, certains morceaux dont c’est la première sortie commerciale, ainsi que des prises alternatives et d’autres raretés. Ces enregistrements ont été rassemblés à partir de diverses sources, notamment des matrices d’origine et diverses copies de collectionneurs privés, minutieusement restaurées. Le livret comprend des photos, des essais du coproducteur Will Friedwald et du guitariste Nick Rossi (sur Oscar Moore), ainsi que des interviews et propos de Johnny Mathis, Tony Bennett, Quincy Jones, Harry Belafonte, Freddy Cole et d'autres.
 

Comme le note Friedwald dans son texte: "Juste à temps pour son centenaire, nous présentons cet artiste américain par excellence, de ses toutes premières traces au début de l'ère du swing, jusqu'au bouleversement de la Seconde Guerre mondiale, avec des dizaines de pas de côté fascinants dans sa trajectoire royale. C'est l'histoire à la fois incroyable et vraie d'un son et d'une carrière qui allait changer le monde. Voici Nat King Cole, juste au moment où il était en train de frapper les trois coups. »

Succédant aux albums d'archives déjà publiés par Resonance, consacrés à des enregistrements inédits de Bill Evans, Wes Montgomery, Sarah Vaughan et d'autres artistes de jazz éminents, « Hittin 'the Ramp » propose un premier aperçu approfondi du travail du chanteur-pianiste Cole au cours des années précédant ses grands classiques sur Capitol Records.

Le King Cole Trio composé d’Oscar Moore, Nat King Cole, et Johnny Miller
Le King Cole Trio composé d’Oscar Moore, Nat King Cole, et Johnny Miller , © LaBudde Special Coll / Resonance Records

« Il s'agit d'un projet très important pour Resonance, déclare Zev Feldman, co-président du label et co-producteur. Nous avons réalisé d’importants coffrets au fil des ans, tels que ceux consacrés à Eric Dolphy ou Jaco Pastorius, avec trois disques et des livrets de 100 pages, mais ce coffret Nat King Cole est vraiment un ensemble définitif, avec un matériel essentiel sur la genèse de Cole et une qualité audio améliorée. "

Will Friedwald, co-producteur, scénariste et historien, qui a été nominé aux Grammy Awards pour son travail sur le coffret emblématique de Mosaic Records en 1992, « The Complete Capitol Recordings » du Nat King Cole Trio et l'album de 1989, « Nat King Cole & The King Cole Trio », souligne dans ses notes que les racines profondes et influentes du jazz de Cole ont souvent été obscurcies par son immense réputation de chanteur populaire.

« À l'apogée de sa renommée dans les années 1950 et 60, écrit-il, Nat King Cole (1919-1965) était principalement connu pour être un chanteur populaire - l'artiste le plus vendu de sa génération, pas moins - qui jouait occasionnellement du piano. À ce stade, seuls quelques fans et critiques plus âgés se souvinrent qu'il avait été l'un des plus grands pianistes de toute l'histoire de la musique américaine, un véritable descendant spirituel de Earl Hines et Art Tatum, et lui-même une source d'inspiration pour Oscar Peterson, George Shearing, Erroll Garner et bien d’autres. "

Au-delà du talent de Cole au piano, l'ensemble proposé par Resonance reprend son travail éblouissant de chanteur et inclut une nouvelle interview avec le chanteur Johnny Mathis, qui discute de sa dette et de son amitié avec son grand prédécesseur.

« En tant que jeune garçon étudiant l'art vocal, Nat était tout ce dont j'avais besoin , explique Mathis. Je n'ai fait qu'écouter et apprendre...Et aujourd’hui, je voudrais que les gens se souviennent qu'il jouait aussi merveilleusement du piano. S'il vous plaît, rappelez-vous que sa dimension de pianiste est équivalente à celle du chanteur.

Nat King Cole - Hittin' the Ramp, aperçu du coffret
Nat King Cole - Hittin' the Ramp, aperçu du coffret, ©

La majorité des près de 200 morceaux du coffret se concentrent sur le King Cole Trio, le combo de base qui a mis Cole sur les rails avec une combinaison réussie de jazz, de jive et de pop, mettant l'accent sur son association créative avec le guitariste Oscar Moore.

Le guitariste Nick Rossi note que la synthèse réalisée par Moore d'influences telles que George van Eps, Dick McDonough, Django Reinhardt et Charlie Christian a conduit à son « style révolutionnaire, celui qui a fourni un modèle de la fonction de la guitare dans un cadre de jazz moderne. "

« Hittin 'the Ramp » compile les enregistrements de Cole - parmi lesquels les premières versions de Sweet Lorraine, un incontournable de son répertoire des années 40, et le hit R & B Straighten Up and Fly Right  avec son trio et dans d'autres circonstances (animateur et accompagnateur) pour Decca, Ammor, Excelsior, Premier, Mercury et Philo (y compris une séance célèbre pour ce dernier label, fondé par Norman Granz lors de l’interdiction de l’enregistrement des musiciens avec le saxophoniste Lester Young en 1942).

Il contient également des dizaines de transcriptions, principalement par le trio, réalisées par Standard, Davis & Schwegler et MacGregor pour des stations de radio, ainsi que des enregistrements de guerre produits pour les militaires américains par le Service de la radio des forces armées.

Les sélections nouvellement découvertes comprennent plusieurs pièces dont l'existence était inconnue avant le début des recherches sur le coffret. Celles-ci incluent un enregistrement privé, The Romany Room is Jumping, un hommage au club tde Washington, DC, qui avait accueilli le groupe de Cole; la version jamais publiée du scopitone Trompin’  et un inédit en trio de 1940 de Whatcha 'Know Joe de Trummy Young.

What'cha Know Joe Nat King Cole (voix, piano)
Oscar Moore (voix, guitare)
Wesley Prince (voix, contrebasse)
Enregistré à Hollywood le 1er décembre 1940 (inédit)

Hit That Jive, Jack Nat King Cole (voix, piano)
Oscar Moore (guitare)
Johnny Miller (contrebasse)
Enregistré à Hollywood le 1er mars 1943 (première sortie commerciale)

Beautiful Moons Ago Nat King Cole (voix, piano)
Oscar Moore (voix, guitare)
Johnny Miller (voix, contrebasse)
Enregistré à Hollywood le 1er mars 1943 (alternate take inédit)

Solid Potato Salad Nat King Cole (voix, piano)
Oscar Moore (voix, guitare)
Johnny Miller (voix, contrebasse)
Enregistré à Hollywood le 2 octobre 1943 première sortie commerciale)

Sweet Lorraine Nat King Cole (voix, piano)
Oscar Moore (voix, guitare)
Johnny Moore (guitare)
Wesley Prince (voix, contrebasse)
Enregistré à Hollywood le 1er décembre 1940 (alternate take rare)

Teaser video :

Hittin' the Ramp: The Early Years (1936-1943) teaser video.