Jazz au Trésor : Monica Zetterlund - The Lost Tapes

Les bandes retrouvées du premier séjour de Monica Zetterlund à New York en 1960.

Jazz au Trésor : Monica Zetterlund - The Lost Tapes
Monica Zetterlund ©DR

Monica Zetterlund, la jeune chanteuse suédoise déterminée à devenir une icône du jazz , débarque à New York pour la première fois à l'invitation de Leonard Feather. C'est à ce moment, en mars 1960, qu'elle enregistre« The Lost Tapes » aux Bell Sound Studios de la 54th Street West. Elle a 22 ans.

Au programme, un choix de standards qui lui va comme un gant, un traditionnel suédois et surtout un casting parfait pour les trois séances de studio arrangées par Jimmy Jones, qui était alors le pianiste de Sarah Vaughan, l'une des idoles de Monica :
Zoot Sims (sax ténor), Jimmy Jones (piano), Milt Hinton (contrebasse) et Osie Johnson (batterie), le 10 mars 1960
Jimmy Jones (piano), Al Hall ou Milt Hinton (contrebasse) et Bobby Donaldson (batterie), le 11 mars 1960
Clark Terry (trompette), Jimmy Jones (piano), Milt Hinton (contrebasse) et Osie Johnson (batterie), le 14 mars 1960

Seuls cinq titres furent édités et réédités de temps à autre… jusqu'à 1996, quand, 36 ans après, douze chansons inédites refirent surface. D'où le titre de « The Lost Tapes » pour cet album qui sera le préféré de la chanteuse avec celui gravé en compagnie de Bill Evans.

Monica Zetterlund était non seulement une chanteuse talentueuse mais également une actrice de comédie musicale, de séries et de cinéma.
La carrière de ses rêves l’emmènera de Stockholm à New York, où elle va côtoyer Miles Davis, Ella Fitzgerald ou encore Bill Evans.Malgré son image de star débordante d’humanité, elle n’a jamais caché, durant toute sa carrière et encore bien après, qu’elle était un être complexe. À l'occasion de la sortie en salles du film Valse pour Monica, Open Jazz du 18 mars lui avait largement été consacré.