Jazz au Trésor : Miles Davis - Hi-Hat All Stars

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition chez Fresh Sound d’une rareté de Miles Davis en club à Boston en 1953 : « Hi-Hat All Stars ».

Jazz au Trésor : Miles Davis - Hi-Hat All Stars
Miles Davis, © Getty / Michael Ochs Archives

Certes, il avait déjà enregistré les fameuses séances de « Birth of the Cool », mais en 1953 il venait tout juste de faire ses débuts sur le label Prestige, souvent acoquiné avec Sonny Rollins. Il ferait même une parenthèse chez Blue Note, en compagnie de Jay Jay Johnson, Jackie McLean ou Jimy Heath et des sections rythmiques changeantes où alternaient Kenny Clarke et Art Blakey, Oscar Pettiford et Percy Heath. Miles Davis n’était pas encore Miles tout court… 

C’est dans cette période qu’il se retrouve quitter New York pour un engagement au Hi-Hat de Boston, avec des musiciens locaux. La date est contestée, entre Fresh Sound qui indique 1955 et les discographes patentés, qui optent pour début 1953. Au vu du phrasé de Miles et du répertoire choisi, la seconde hypothèse est la plus vraisemblable. En 1954, Miles s’affirmera davantage avec « Walkin’ » et en 1956 il formera son premier grand quintet avec John Coltrane, Red Garland, Paul Chambert et Philly Joe Jones…

L’enregistrement avait été publié une première fois par Fresh Sound en vinyle en 1987, puis en CD en 1989, d’après l‘enregistrement qu’avait conservé le saxophoniste des concerts Jay Migliori. Épuisé, le CD vient d’être réédité à l’identique sous le titre « Hi-Hat All Stars », le nom de Miles Davis apparaissant comme « guest artist », au-dessus des autres musiciens.

Le Hi-Hat était le club de jazz le plus en vue à Boston dans la première moitié des années 50, le premier à programmer du jazz « moderne » dans la ville, sans craindre de faire fuir les clients du restaurant. La direction artistique consistait à inviter un groupe new-yorkais en tête d’affiche et d’assurer les pauses avec un Hi-Hat All Stars local. Mais parfois, comme dans le cas de Miles Davis, un jazzman new-yorkais venait seul, accompagné par les locaux, en l’occurrence une formation réunie à l’initiative de Jay Migliori, alors « le » jeune saxophoniste en vue de la scène bostonienne. Miles ne tire pas du tout la couverture à lui, il est carrément exemplaire de modestie, tout en balançant des solos parfaitement articulés. Et son break époustouflant sur le fameux Night in Tunisia vaut à lui seul ce voyage dans le temps.

  • Dig
  • Darn That Dream
  • Alone Together 

Miles Davis, trompette
Jay Migliori, sax tenor
Al Wallcott, piano
Jimmy Woode, contrebasse
Jimmy Zitano, batterie
Enregistré au Hi-Hat à Boston, début 1953 ou 1955

  • Night in Tunisia

Miles Davis, trompette
Jay Migliori, sax tenor
Bob Freeman, piano
Jimmy Woode, contrebasse
Jimmy Zitano, batterie
Enregistré au Hi-Hat à Boston, début 1953 ou 1955