Jazz au Trésor : Mahalia Jackson - Intégrale Mahalia Jackson, Vol 14, 1961

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, les chansons de Mahalia Jackson, filmées par la chaîne de télévision TEC en 1961 et qui n’avaient été que très partiellement publiées jusqu’à cette publication chez Frémeaux.

Jazz au Trésor : Mahalia Jackson - Intégrale Mahalia Jackson, Vol 14, 1961
Mahalia Jackson

Voici le premier des quatre volumes « Mahalia Jackson Sings » que Jean Buzelin a concocté dans le cadre de l’Intégrale Mahalia Jackson, déjà entamée chez Frémeaux (ils en sont au volume 14). Un document et un évènement discographique exceptionnels. Ils contiennent en effet la bande sonore de la totalité des chansons filmées par la chaîne de télévision TEC en juin et juillet 1961. Certaines d’entre elles – une petite partie – avaient été publiées en microsillons 33 tours dans les années 70, puis reprises en CD sans aucune mention de dates ni de provenance, et avec une faible qualité sonore. Une partie plus importante de ces petits films, mais non l’intégralité malgré l’indication de l’éditeur qui les attribue à la NBC et non à la TEC, et dont les titres, mentionnés seulement sur internet, sont erronés ou hautement fantaisistes, a été publiée plus récemment en DVD.

Après une triomphale tournée de près de deux mois en Europe et au Moyen-Orient, Mahalia Jackson est de retour au pays vers la fin du mois de mai 1961, et pose ses valises chez elle à Chicago. Pas pour longtemps car, pendant son absence, son producteur de chez Columbia, Irving Townsend, et quelques autres, se sont occupés de la préparation des séances d’enregistrements filmées qui doivent être réalisées par la chaîne Television Enterprise Corporation, dont le président est un certain Harold Goldman. La chanteuse doit enregistrer quelques quatre-vingt-cinq chansons de 3 à 4 minutes en quinze jours, réparties en une dizaine de séances, soit environ huit par jour, en commençant à 9 heures du matin pour s’achever à 5 heures de l’après-midi. Ce qui n’est pas sans l’inquiéter. Après une tournée épuisante, elle n’a que trois semaines pour se reposer et se préparer. Mais comme chacun la persuade qu’elle est capable de relever ce défi, Mahalia se laisse convaincre et signe de bonne grâce le contrat.

D’après Laurraine Goreau, la biographe de Mahalia Jackson, qui a sans doute assisté aux séances, une pause de 5 minutes était prévue chaque heure, ainsi qu’un break pour le déjeuner, les huit chansons devant être impérativement mises en boîtes pour 5 heures du soir. Mais ce travail intensif se fait aux dépends de ses cordes vocales. Après plusieurs séances, Mahalia a contracté une laryngite et sa gorge doit être soignée. Tout cela a des effets sur le planning, et le producteur téléphone quotidiennement, rappelant que chaque journée lui coûte 3 500 dollars de location du studio ! Les enregistrements reprennent car tout doit être bouclé pour le 30 juin. Mais, par la force des choses, il faudra déborder un peu, et la toute dernière séance a lieu le vendredi 7 juillet. Mahalia enregistre ce jour-là une série de chants de Noël.

84 petites bobines en 16 mm (des clips dirait-on aujourd’hui) sont ainsi mises en boîte et seront diffusées ultérieurement, les unes après les autres, sur la chaîne de télévision. Tout le monde est enchanté, mais c’est avant tout Mahalia Jackson elle-même, l’artisane principale de cette magnifique série de chants sacrés de toutes sortes (negro spirituals traditionnels, hymnes composés, gospel songs…) ; sa voix extraordinaire atteint ici une plénitude exceptionnelle, une ampleur magistrale, une ferveur bouleversante.

Presque la moitié des titres est totalement inédite, et seuls une poignée d’entre eux sera enregistrée ultérieurement sur disque. D’où l’intérêt exceptionnel de leur publication. Il est d’ailleurs fort probable que Mahalia en ait appris certains pour l’occasion, ou qui ne lui sont pas familiers ; ainsi nous la voyons, à plusieurs reprises, tenir la partition en main pour déchiffrer les paroles en direct. Nous ne percevons pourtant la moindre hésitation, la moindre « faute » d’interprétation dans tous ces chants qu’elle a choisis, ou qui lui ont peut-être été proposés. Elle les fait siens, définitivement. (extrait des notes de Jean Buzelin, dans le livret du CD)

Mildred Falls (ou Edward C. Robinson), piano et direction musicale
Louise Overall Weaver (ou Dorothy V. Simmons), orgue
Barney Kessel, guitare
Red Mitchell, contrebasse
Shelly Manne, batterie
Enregistré aux studios Paramount à Hollywood, entre la mi-juin et le début juillet 1961

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Mahalia Jackson : You'll Never Walk Alone

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Mahalia Jackson : God Will Take Care Of You

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Mahalia Jackson : Just As I Am

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Mahalia Jackson : Lord Don't Move The Mountain