Jazz au Trésor : La naissance du Crossover 1958-62

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication chez Frémeaux de « La naissance du crossover, musique classique et jazz, 1958-62 ».

Jazz au Trésor : La naissance du Crossover 1958-62
La naissance du Crossover "1958-62", © Frémeaux & Associés

Hybridation entre jazz et musique classique le « crossover » est un genre à part entière dans l’histoire de la musique du XXe siècle. A l’origine du « jazz fusion », son point d’orgue se situe dans les années 1970 avec notamment la parution du disque « Suite for flute » de Claude Bolling et Jean-Pierre Rampal (Frémeaux 443) qui restera 10 ans dans le classement du Billboard américain. Cette anthologie réalisée par Jean-Baptiste Mersiol revient sur les expérimentations des pionniers et grandes figures du crossover : Jacques Loussier, André Hodeir, André Prévin et Claude Bolling, qui dès la fin des années 1950 furent les premiers à avoir érigé un pont entre musique écrite européenne et jazz improvisé américain.
(Patrick Frémeaux)

Avec sa série « Play Bach », entamée en 1959 à la suite d’une blague de potache au Conservatoire de la rue de Madrid, Jacques Loussier (1934-2019) connut un succès planétaire. On connait moins sa « mise en swing » de Vivaldi, Satie ou Ravel à la fin des années 90 et on avait totalement oublié qu’il avait fait une pause entre les N° 3 et 4 de la série « Play Bach » pour publier en 1962 un LP consacré à Kurt Weill.

André Hodeir (1921-2011), passionné par l’idée de brouiller les pistes entre écriture et improvisation, avait enregistré une première version de ses « Essais » en 1954 avec son Jazz Groupe de Paris. Il allait remettre ces Essais sur l’ouvrage trois ans plus tard aux États-Unis avec un all-star new-yorkais. John Lewis décrira ainsi la démarche de Hodeir dans un article de DownBeat : « Il donne des idées, des directions et des choses à faire. Son travail lui-même a de la valeur, mais il montre aussi à d'autres par son travail ce qui peut être fait dans de nombreux domaines. "

Lui aussi a fait le tour du monde avec ses rencontres jazz et classique, à commencer par la Suite pour flûte et jazz piano trio de 1973 avec Jean-Pierre Rampal. Claude Bolling (né en 1930) récidivera avec notamment le guitariste Alexandre Lagoya, le trompettiste Maurice André ou le violoncelliste Yo-Yo Ma. Mais dès 1959, ce grand admirateur de Duke Ellington s’était aussi frotté à Bach et Beethoven.

Le pianiste et chef d’orchestre d’origine allemande André Prévin (1929-2019), émigré aux États-Unis en 1938, a fait un chemin inverse. Il fut élève de Pierre Monteux avant de composer, arranger et diriger nombre de musiques de films à Hollywood et de faire une très séduisante carrière de pianiste de jazz à la fin des années 50. En 1959, c’est lui qui avait dirigé la musique du film Porgy & Bess d’Otto Preminger où les premiers rôles étaient tenus par Sidney Poitier, Dorothy Dandridge, Pearl Bailey, Sammy Davis Jr. et Diahann Carroll . Mais pour l’enregistrement des voix, il avait fait appel à Robert McFerrin, Adele Addison, Inez Matthews et Loulie Jean Norman.

  • La complainte de Mackie

"Jacques Loussier joue Kurt Weill"
Jacques Loussier, piano
Pierre Michelot, contrebasse
Christian Garros, batterie
1962

  • On a Standard   
  • Esquisse II

"American Jazzmen Play André Hodeir’s Essais"
Idrees Sulieman, Donald Byrd, trompette
Frank Rehak, trombone
Hal McKusick, sax alto, clarinette basse
Bobby Jaspar, sax ténor, flûte
Jay Cameron, sax baryton, clarinette basse
Eddie Costa, vibraphone
George Duvivier, contrebasse
Bob Donaldson, batterie
Annie Ross, voix
Enregistré à Hackensack, New Jersey, 4 et 5 mars 1957

  • Clair de lune

"Dansons avec Claude Bolling"
Claude Bolling, piano, direction d’orchestre
1959

  • Summertime

"Porgy & Bess", BOF du film d’Otto Preminger
André Prévin, direction d’orchestre
Loulie Jean Norman, voix
Pete Candoli, trompette
Lloyd Ulyate, trombone
Bill Holman, Dave Pell, Benny Carter, Bud Shank, anches
Russ Freeman, piano
Felix Slatkin, violon
Frankie Capp, Shelly Manne, percussions
Hollywood, 1959