Jazz au Trésor : Joe Gordon - Last Sessions

Joe Gordon, « Lookin’ Good » : juillet 1961, les dernières sessions du trompettiste de la West Coast.

Jazz au Trésor : Joe Gordon - Last Sessions
Joe Gordon

À ÉCOUTER

Joe Gordon : Mariana du 07 Décembre 2015

À ÉCOUTER

Joe Gordon : a song for Richard du 08 Décembre 2015

À ÉCOUTER

Joe Gordon : Non-Viennese Waltz Blues du 09 Décembre 2015

À ÉCOUTER

Joe Gordon : You're the Only Girl in the Next World for Me du 10 Décembre 2015

Encore un personnage à la carrière fulgurante, que ce Joe Gordon (1928-1963) ! Originaire de Boston, où il étudia au New England Conservatory, il fut l’un des deux musiciens locaux avec lesquels Charlie Parker aimait bien jouer. L’autre était le pianiste Dick Twardzik, mort prématurément d’une overdose à Paris quand il jouait avec Chet Baker…

C’est en vendant des journaux sur le trottoir des clubs de Boston qu’il se fait d’abord connaitre du milieu du jazz. Il démarrera sa carrière en 1947 pour accompagner toute une série de musiciens de passage dans la capitale du Massachusetts : Bird, Charlie Mariano, Lionel Hampton, Art Blakey, Don Redman, Horace Silver… Il enregistrera son premier album en 1954 (« Early Sessions ») et se retrouvera engagé par Dizzy Gillespie dans son big band en 1956. Il retournera ensuite à Boston pour remonter son groupe et se produire en club avec Herb Pomeroy.

C’est au printemps 1958 qu’il s’installe à Los Angeles, toujours empêtré dans son addiction à la drogue, et se produit avec Harold Land, Dexter Gordon, Benny Carter ou Barney Kessel. Surtout, il intègre les Men de Shelly Manne pour deux ans et sera également engagé par Thelonious Monk pour ses concerts sur la West Coast. En juillet 1961, il gravera son deuxième et dernier album en leader, « Lookin’ Good ! », aujourd’hui réédité en CD par Fresh Sound (Last Sessions, Featuring Jimmy Woods »), conjointement à la séance de Jimmy Woods de septembre 61 (« Awakening ! ») sur laquelle il apparaît pour deux titres. Ce seront ses ultimes traces enregistrées : Joe Gordon allait disparaitre le 4 novembre 1963 à l’âge de 35 ans, des suites des brûlures qu’il subit lors de l’incendie de son appartement, après avoir sublimement joué au sein du nonet de Ralph Peña, au Shelly’s Manne-Hole. Il jouait mieux que jamais et était totalement clean à l’époque de sa disparition, racontent les témoins de son ultime concert.

« Lookin’ Good » révèle un trompettiste à la sonorité d’une rondeur irrésistible et au phrasé particulièrement fluide. Il est aussi le compositeur des huit pièces de l’album.
Joe Gordon (trompette)
Jimmy Woods (sax alto)
Dick Whittington (piano)
Jimmy Bond (contrebasse)
Milt Turner (batterie)
Enregistré aux Contemporary Studios de Los Angeles, les 11, 12 et 18 juillet 1961

Sur le même thème