Jazz au Trésor : Jimmy Giuffre 3 - Graz, Live 1961

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication chez Ezz-thetics (Distrijazz) de « Graz, Live 1961 » un inédit du Jimmy Giuffre 3, avec Paul Bley et Steve Swallow.

Jazz au Trésor : Jimmy Giuffre 3 - Graz, Live 1961
Jimmy Giuffre 3 on 1961 European tour with Carla Bley (left) and Juanita Giuffre (front), © Courtesy Juanita Giuffre collection

Pour inaugurer sa nouvelle collection ezz-thetics, faisant suite au label HatOLOGY (initialement Hat Hut, créé en 1975, puis hatArt), le producteur Werner X. Uehlinger a choisi un enregistrement du trio de Jimmy Giuffre,  réalisé par la radio publique autrichienne, « Graz, Live 1961 ». À côté d’autres documents d’archives (Albert Ayler, Marion Brown), le label vise à témoigner de la vitalité des scènes suisse et autrichienne en particulier.

On sait que ce sont les albums studio « Fusion » (3 mars 1961) et « Thesis » (4 août 1961) de ce trio de Jimmy Giuffre, qui ont décidé de la passion de Manfred Eicher (le patron du label ECM) pour le jazz et le métier de producteur. Initialement sortis sur Verve, il les rééditera d’ailleurs sur ECM. De son côté, hatArt avait déjà publié les concerts du 7 novembre 1961 à Stuttgart (« Emphasis ») et du 23 novembre à Bremen (« Flight »). Celui de Graz, les précédant dans la chronologie (27 octobre) était apparu en édition pirate italien (Raretone). Cette fois il est masterisé et publié avec l’accord de Steve Swallow et des héritiers de Jimmy Giuffre et Paul Bley.

Une instrumentation de musique de chambre (clarinette, piano, contrebasse) et un parti pris de zébrures contemporaines, tant dans les compositions que dans leur traitement détonnaient dans le son du jazz de l’époque (Coltrane, Rollins, Miles, les Jazz Messengers…) et annonçaient l’écroulement du mur du hard bop sous les coups du free jazz. Sauf que cette liberté-là comptait une grande part d’écriture et affichait un son délicat : une révolution de velours par un trio de pionniers…

Jimmy Giuffre, qui s’était fait connaitre par l’originalité de ses arrangements dans l’orchestre de Woody Herman à la fin des années 40, était un des héros de la West Coast des fifties et avait présenté un "blues-based folk jazz" dans son précédent trio, avec Jim Hall (guitare) et Ralph Peña (contrebasse). Audacieux et limpide. Avec Paul Bley et Steve Swallow, il fera un pas de géant vers l’abstraction, aussi décisif dans l’histoire du jazz que l’École de Vienne dans celle de la musique classique. L’atmosphère du concert apporte une fièvre, une urgence, qui résonnent aujourd’hui comme une évidence. Une parfaite porte d’entrée au jazz le plus contemporain de 2019.

  • Ictus
  • Whirrr

Jimmy Giuffre (clarinette)
Paul Bley (piano)
Steve Swallow (contrebasse)
Enregistré à la Grosser Saal Der Arbeiterkammer de Graz, 27 octobre 1961