Jazz au Trésor : Jack DeJohnette - Untitled

Une perle cachée du catalogue ECM, non rééditée en CD : « Untitled » de Jack DeJohnette’s Directions, en 1976.

Jazz au Trésor : Jack DeJohnette - Untitled
Jack DeJohnette

À ÉCOUTER

Jack DeJohnette : Flying Spirits du 23 Novembre 2015

À ÉCOUTER

Jack DeJohnette : Fantastic du 24 Novembre 2015

À ÉCOUTER

Jack DeJohnette : Struttin du 25 Novembre 2015

À ÉCOUTER

Jack DeJohnette : Morning Star du 26 Novembre 2015

À ÉCOUTER

Jack DeJohnette : Malibu Reggae du 27 Novembre 2015

Avec « Untitled », enregistré en 1976 à la tête de son quintet Directions, Jack DeJohnette s’inscrit dans la continuité de ses expériences précédentes. Lui qui participa aux aventures des pionniers de l’AACM de Chicago, a véritablement éclos à 24 ans en même temps que Keith Jarrett au sein du quartet de Charles Lloyd. C’était dix ans plus tôt. Puis Miles Davis lui a confié la batterie dans son groupe qu’avait déserté Tony Williams.

Après des débuts discographiques sur Milestone, une collaboration avec Stan Getz puis un premier groupe, Compost, plutôt expérimental pour connaitre le succès, il fut rapidement embauché par ECM au sein du trio Gateway, co-dirigé avec John Abercrombie et Dave Holland. Directions fut son deuxième groupe, un nom emprunté à un titre qu’il enregistra lors de sa première séance avec Miles Davis en novembre 1968). On y retrouve à la fois le lyrisme débridé d’un Charles Lloyd et les sonorités électriques héritées de son séjour chez Miles.

Avec ce groupe Directions, « Untitled » fut précédé par « Cosmic Chicken » (sur Prestige) et suivi par « New Rags » en 1977, tous deux en quartet avec Alex Foster, John Abercrombie et d'abord Peter Warren puis Mike Richmond à la basse. « Untitled » est donc le seul album où un clavier (Warren Bernhardt) vient s'agréger pour élargir la palette sonore, une fonction assurée par le leader lui-même dans les deux autres albums, où on le retrouve au piano et aux claviers en plus de la batterie.

Le souci de diversifier les couleurs est également traduit par le fait que Alex Foster alterne deux saxophones, que le bassiste joue tantôt de la contrebasse, tantôt de la basse électrique et qu'il arrive à Abercrombie de tâter de la mandoline...

Après trois albums de ce groupe éphémère, Jack DeJohnette metytrait sur pieds deux autres formations, New Directions (avec toujours Abercrombie, mais Lester Bowie à la trompette et Eddie Gomez à la basse) puis Special Edition (avec entre autres David Murray, Arthur Blythe, Chico Freeman, John Purcell, and Rufus Reid). Avant que Jack DeJohnette n’entame une collaboration de plus de trente ans avec Keith Jarrett et Gary Peacock.

Alex Foster (sax ténor et soprano)
John Abercrombie (guitares)
Warren Bernhardt (piano, Fender Rhodes, clavinet)
Mike Richmond (contrebasse, basse électrique)
Jack DeJohnette (batterie)
Février 1976, Talent Studios, Oslo

Sur le même thème