Jazz au Trésor : hommage à Leon Redbone

Décès le 30 mai 2019 du guitariste et chanteur Leon Redbone.

Jazz au Trésor : hommage à Leon Redbone
Leon Redbone, © Getty / Paul Natkin

Leon Redbone, né Dickran Gobalian à Nicosie (Chypre) le 26 août 1949 et mort le 30 mai 2019 à New Hope (Pennsylvanie).

Une allure de Groucho Marx, un mix musical de Tom Waits et Fats Waller… Les carrières des artistes qui se trouvent sous les feux de la rampe sont généralement de courte durée et surexposées. Il est donc rafraîchissant d’être face à Leon Redbone, resté pendant des décennies si musicalement influent et personnellement insaisissable. Si son allure emblématique de fedora blanc, de veste et de lunettes de soleil a fait l'objet d'une satire totale (on se souvient du dessin animé Leon Redbone Workout), il est facile d'oublier qu'il reste un artiste vraiment doué - un rôle qu'il tente inévitablement de minimiser.

"D'une certaine façon, j'ai toujours été complaisant dans mon approche de la musique ", confia Leon Redbone. "D'une certaine façon, je suis peut-être la définition pure de la cohérence."

Au cœur de sa vocation initiale se trouvait le désir d'honorer simplement les chansons de la mémoire - une valse d'antan qui l'a fait devenir le seul conservateur du musée de la musique du XXe siècle. Au cours d’une carrière dépassant les 30 ans et 15 albums, le barde nostalgique a continué son histoire d'amour avec des mélodies du tournant du siècle (ou carrément du 19ème siècle), des chansonnettes radiophoniques de l'époque des flambeurs, du ragtime de la Dépression et du folk-jazz de la Deuxième Guerre mondiale.

"Je ne suis qu'un entertainer, et j'utilise la musique comme moyen de divertissement ", dit-il de sa voix grondante caractéristique. "Mais je ne suis pas vraiment un entertainer non plus, parce que pour être un entertainer, il faut avoir une énorme envie de vouloir amuser." 

La carrière de Redbone a commencé au début des années 70 lorsque Bob Dylan l'a entendu au Mariposa Folk Festival. Dans une interview accordée à Rolling Stone, Dylan a mentionné que s'il démarrait un jour un label, Redbone serait le premier artiste qu'il voudrait enregistrer. La plupart des gens l'ont rencontré lors de ses débuts dans le show télévisé Saturday Night Live en 1976, où il a présenté une version définitive de Walkin' Stick. Dans une période marquée par le rock amplifié, les prestations intimes et discrètes de Leon Redbone se sont avérées un antidote réjouissant. Depuis, il est apparu dans de nombreux talk-shows, devenant l’un des invités préférés de Johnny Carson.

Les occasions pour ce personnage improbable de s'imposer dans la culture pop ont été nombreuses. Il est apparu comme un bonhomme de neige sage et animé en face de Will Ferrel dans la comédie Elf, qui rapporta 173 millions de dollars. Son duo avec la star Zooey Deschanel sur le tube Baby, It's Cold Outside a servi de chanson thème au film. Leon Redbone a également incarné le personnage Corky dans la série Life Goes On d'ABC, acclamée par la critique. Redbone a popularisé le jingle de bière maison This Bud's for You et a été la voix Getting To Know You d'une série de pubs Chevrolet. Son travail a même été adapté au théâtre. Le chorégraphe new-yorkais Eliot Feld a créé les ballets M. XYZ (mettant en vedette Mikhaïl Baryshnikov) et Paper Tiger, qui ont été imaginés autour des chansons de Leon Redbone.

"Je considère cela plutôt comme des obstacles que des opportunités", avoua-t-il. "Parce que s'il s'agissait d'occasions à saisir, cela signifie que j'ai pris au sérieux la tâche de les prendre au vol.Me prendre trop au sérieux, c'est le doux baiser de la mort."

Comme pour beaucoup d'artistes, ces activités ne sont que de la poudre aux yeux par rapport à son objectif principal : se produire en concert. Le répertoire musical de Leon Redbone, qui se produit généralement en duo (avec piano acoustique), peut osciller entre Living the Blues de Dylan, I Hate a Man Like You de Jelly Roll Morton, Bouquet of Roses d'Eddy Arnold et Polly Wolly Doodle, la comptine enfantine. Plus connu pour avoir repris les chansons d'autres artistes, le musicien admet qu'il invente ses propres morceaux tous les dix ans, mais il dément aussitôt dans un sourire, "Je pense qu'ils sont tous à moi au départ."

S'il est un point commun aux univers musicaux butinés par Redbone, c'est sa maîtrise de la guitare acoustique. Il est facile de se focaliser sur ses exploits scéniques (qui gravitent souvent entre le vaudeville et l'art de la performance) et d'oublier à quel point il est un excellent guitariste, qui se trimballe avec un rebond de ragtime entre les accords avec la grâce d'un hurdler. Peut-être que l'analogie devrait être “avec la grâce d'un tricheur”, parce qu'il le fait paraître si facile qu'il peut souvent être trompeur…

À son décès, sa famille a annoncé qu’il venait de mourir à l’âge de 127 ans. Leon Redbone n’avait jamais dévoilé sa véritable date de naissance, ironisant parfois sur le fait qu’elle remontait aux pharaons !