Jazz au Trésor : Henry Mancini - The Classic Soundtrack Collection

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, les clins d’œil au jazz d’Henri Mancini dans ses 18 musiques de film réunies dans « The Classic Soundtrack Collection » (sortie le 17 novembre)

Jazz au Trésor : Henry Mancini - The Classic Soundtrack Collection
Photo - Henry Mancini MEA 603*380

Au cours d’une carrière qui couvre près d’un demi-siècle, le nom d’Henry Mancini (1924-1994) est souvent associé à des compositions inspirées du jazz et réalisées pour le cinéma ou la télévision. « The Classic Soundtrack Collection » propose de découvrir ou redécouvrir l’ensemble des bandes originales de film sortis sur les labels RCA, Epic et Columbia, parmi lesquelles on trouve des thèmes devenus populaires et emblématiques de l’art d’Henry Mancini.

On y retrouve 18 bandes originales de films regroupés sur 9 disques où figurent en bonus certains titres rares. Fils d’immigrés italiens, Henry Mancini étudie à la prestigieuse Juilliard School of Music de New York avant de rejoindre en 1946 le Glenn Miller Orchestra en tant que pianiste et arrangeur. De 1952 à 1958, il est engagé pour écrire des musiques de films pour Universal-International Studios, notamment celle de The Glenn Miller Story (Romance inachevée ), qui sera nominée aux Oscars, ou encore la bande originale cuivrée et haletante de Touch of Evil (La Soif du mal ) d’Orson Welles. Dès lors, Henry Mancini, qui remportera la bagatelle de 4 Oscars et 20 Grammy Awards au cours de sa carrière, est unanimement reconnu comme un immense compositeur et arrangeur.

La plus belle collaboration de Mancini aura sans aucun doute été celle qu’il a entretenue avec le metteur en scène de cinéma Blake Edwards. Ils travaillent ensemble pour la première fois sur la série TV Peter Gunn dont le premier épisode est diffusé pour la première fois en 1958 aux Etats-Unis. Son générique « jazz » emblématique est un immense succès international et remporte deux Grammy Awards ainsi qu’un Emmy. Les deux hommes se retrouveront par la suite pour des films comme que Breakfast At Tiffany’s (Diamants sur canapé) – et son immortel standard populaire Moon River, composé par Henry Mancini et des paroles signées Johnny Mercer – ou la série des comédies de The Pink Panther (La Panthère rose), dont le thème au saxophone incroyablement cool constitue l’un des plus grands standards de la musique de film. Plas Johnson était le soliste de la version de référence, dans le premier film, en 1964. Pour The Return of the Pink Panther (Le Retour de la panthère rose), en 1975, ce sera Tony Coe.

De Hatari ! – de Howard Hawks avec John Wayne – et son espiègle morceau Baby Elephant Walk, à Charade – un film à énigme mettant en scène le couple Cary Grant/Audrey Hepburn –, en passant par Gunn (Peter Gunn, détective spécial) et The Party (La Party), toutes ces BOF emblématiques d’Hollywood ont valu à Henry Mancini quelques une de ses plus belles lettres de noblesses. On y croise souvent le piano de Jimmy Rowles, les saxophones de Plas Johnson, Ted Nash ou Bud Shank, la trompette de Pete Candoli, le vibraphone de Larry Bunker, la contrebasse de Ray Brown, la batterie de Mel Lewis : autrement dit, le gratin du jazz de la West Coast…

Les musiques de film reprises dans le coffret :
High Time (Une seconde jeunesse, 1960)
Breakfast At Tiffany’s (Diamants sur canapé, 1961)
Experiment In Terror (Allô, brigade speciale, 1962)
Hatari! (1962)
Charade (1963)
The Pink Panther (La Panthère rose, 1964), avec Plas Johnson (sax ténor)
The Great Race (La Grande Course autour du monde, 1965)
Arabesque (1966)
What Did You Do In The War, Daddy ? (Qu’as-tu fait à la guerre, papa ? 1966)
Two For The Road (Voyage à deux, 1967)
Gunn (Peter Gunn, détective spécial, 1967)
The Party (La Party, 1968)
Me, Natalie (1969)
Darling Lili (1970)
Visions Of Eight (1973)
Oklahoma Crude (L’Or noir de l’Oklahoma, 1973)
The Return Of The Pink Panther (Le Retour de la panthère rose, 1975)
Who Is Killing The Great Chefs Of Europe ? (La Grande Cuisine, 1978)

Sur le même thème