Jazz au Trésor : Hampton Hawes - All Night sessions

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la série des légendaires « All Night Session » enregistrées par le pianiste Hampton Hawes en 1956 pour Contemporary.

Jazz au Trésor : Hampton Hawes - All Night sessions
Hampton Hawes

Juste avant l’été, le remarquable blog Jazzwax de Marc Myers, chroniqueur jazz au Wall Street Journal, remettait en lumière la série des trois albums « All Night Session » enregistrés d’une traite par le pianiste Hampton Hawes dans la nuit du 12 au 13 novembre 1956. Débutée à 21h dans les studios Contemporary de Los Angeles, la séance se terminerait à 8h30 du matin !

S’il s’avoue souvent agacé par l’excès d’agressivité du jeu du pianiste en trio, Marc Myers considère cet enregistrement en quartet (la guitare de Jim Hall en plus) comme le sommet de sa carrière. Comme si la guitare sert de garde-fou à l’exubérance du pianiste. Cela s’entend également dans « Four ! » qu’il enregistra avec Barney Kessel. De la même manière, lorsqu’il se retrouve sideman, encadré par un leader de la trempe d’Art Pepper, Shorty Rogers ou Warne Marsh, Hampton Hawes s’avère un pianiste superbement accompli.

Les trois vinyles (Vol 1, 2 et 3) ont été réédités en double CD, il y a une dizaine d’années, mais rien depuis. Hampton Hawes, auteur d’une remarquable autobiographie, « Raise Up Off Me » (non traduite) documentant l’enfer d’une vie partagée entre la prison, la drogue et la rédemption par la musique, reste largement méconnu aujourd’hui, sa discographie restant confidentielle.

Hampton Hawes (13 nov. 1928 – 22 mai 1977) avait 28 ans lors de l’enregistrement de « All Night Session ». Autodidacte, né à Los Angeles, il démarra adolescent en accompagnant l’éclosion des musiciens de la West Coast. Son premier album, « Trio », déjà sur Centemporary, a vu le jour en 1955 avec Red Mitchell et Chuck Thompson. Et l’année suivante, une tournée de six mois en quartet, pour laquelle il avait fait appel à Jim Hall, lui vaudra d’être repéré comme « New Star of the Year » par le magazine DownBeat. C’est à la fin de cette tournée que la fameuse séance nocturne sera gravée, Bruz Freeman ayant succédé à Chuck Thompson pour la batterie.

On est frappé par la générosité expressive de son jeu de piano, comme une version West Coast du bouillonnant Bud Powell à l’Est. En commun, une profonde amitié avec Charlie Parker.

Hampton Hawes (piano)
Jim Hall (guitare)
Red Mitchell (contrebasse)
Bruz Freeman (batterie)
Enregistré dans la nuit du 12 au 13 novembre 1956 à Los Angeles.

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Hampton Hawes : Two Bass Hit

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Hampton Hawes : Groovin ' High

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Hampton Hawes : Jordu

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Hampton Hawes : Broadway