Jazz au Trésor : Hal Willner - Amarcord Nino Rota

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition chez Corbett vs. Dempsey, distribué par Orkhêstra du « Amarcord Nino Rota » conçu par Hal Willner et disparu des catalogues depuis 25 ans.

Jazz au Trésor :  Hal Willner - Amarcord Nino Rota
Hal Willner, © Getty / Chelsea Lauren

Hal Willner (né en 1956) est un producteur américain qui s’est fait une spécialité d’albums hommages, faisant appel à une panoplie d’artistes éclectiques à chaque fois. Avec bonheur et autant d’audace que de goût. On lui doit ainsi notamment un « That's The Way I Feel Now » consacré à Thelonious Monk (1984), un « Lost in the Stars » sur Kurt Weill (1985) , un « Stay Awake » sur les musiques des films de Disney (1988) , un « Weird Nightmare » sur Mingus (1992)… Mais le tout premier de la série fut ce « Amarcord Nino Rota » où il fit appel pour des plages en solo au pianiste Jaki Byard, au vibraphoniste Dave Samuels, au guitariste Bill Frisell et au saxophoniste Steve Lacy, ainsi qu’à des ensembles plus conséquents dirigés par Carla Bley, Muhal Richard Abrams, Michael Sahl et Chris Stein, David Amram ou William Fisher. Un parcours totalement singulier, tel un film à sketches, à travers les compositions de Nino Rota. L’album était paru en 1981 sur le label britannique Hannibal, créé l’année précédente. Il a fait l’objet d’une réédition CD en 1991 et était devenu introuvable.

Hal Willner témoigne dans les notes de pochette de la première édition vinyle : « Ce projet a mûri sur une période de quatre années. Au départ, j’imaginais confier une composition de Nino Rota, O Venise, Venaga, Venus, tirée du Casanova de Fellini) à un saxophoniste particulièrement talentueux (dont je tairai le nom). Projet avorté qui a évolué vers cette réalisation qui rassemble une série de relectures de thèmes de Nino Rota issus de ses musiques de film pour Federico Fellini.   Les différents musiciens et arrangeurs choisis sont très différents les uns des autres, mais tous partagent une même passion pour Nino Rota.

C’est durant mon adolescence que je suis devenu fan du cinéaste comme du compositeur. Et après avoir savouré d’un côté les films, de l’autre les musiques, j’ai réalisé que c’est leur collaboration qui était géniale et vraiment exceptionnelle dans l’histoire du cinéma. Et il se trouve que ces très mélodies, conçues pour l’image, ont une vie autonome propre tellement elles sont puissantes. 

Très vite après ma première tentative d’enregistrer sa musique, Nino Rota nous quittait. Sa mort m’a fait prendre conscience de l’urgence de lui rendre hommage à ma façon, avec ce casting éclectique mais que j’espère cohérent. Certaines pièces sont assez proches des versions originales, d’autres en sont très éloignées, mais toutes témoignent d’une vision personnelle et d’un profond respect de l’esprit de Nino Rota.

Cela a été un processus très enrichissant d’approcher cet univers et j’espère d’un côté que les admirateurs du compositeur ne seront pas choqués et que d’un autre, cet album donnera envie de se replonger sur les versions de Nino Rota. Ce disque est un rêve devenu réalité. »

  • Medley : The White Sheik, I Vitelloni,  Il Bidone, The Nights of Cabiria

Wynton Marsalis (trompette)
George Adams (saxophone tenor)
Branford Marsalis (anches)
Kenny Barron (piano)
Ron Carter (contrebasse)
Wilbert Fletcher (batterie)
William Fisher (direction, arrangement)

  • La Strada 

Jaki Byard (piano)

  • La Dolce Vita Suite, Part 1 

Sharon Freeman (cor, piano)
Francis Haynes (steel drums) 

  • La Dolce Vita Suite, Part 2 

Claudio Roditi (trompette)
Emmet McDonald (trombone)
Sharon Freeman (cor)
Henry Threadgill (flûte)
Bobby Eldridge (saxophone baryton, clarinette)
Jay Higgard (vibraphone)
Amina Claudine Myers (piano)
Fred Hopkins (contrebasse)
Warren Smith (batterie)
Muhal Richard Abrams (direction, arrangement)

  • La Dolce Vita Suite, Part 3 

Sharon Freeman (cor, piano)
Francis Haynes (steel drums) 

  • La Dolce Vita Suite, Part 4 

Michael Sahl (claviers, co-arrangement)
Chris Stein (guitare, co-arrangement)
Charles Rocket (accordéon, cloches)
Lenny Ferrari (batterie)
Deborah Harry (voix)

  • 8 1/2

Carla Bley (orgue, glockenspiel, direction, arrangement)
Michael Mantler (trompette)
Gary Valente (trombone)
Earl McIntyre (tuba)
Gary Windo (saxophone ténor)
Courtenay Wynter (anches)
Joe Daley (euphonium)
Arturo O’Farrill (piano)
Steve Swallow (basse)
D. Sharpe (batterie)
Enregistré en 1981