Jazz au Trésor : Guy Lafitte - With His Quartet & His Quintet

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition chez Fresh Sound des enregistrements de Guy Lafitte « With His Quartet & His Quintet, fest. Geo Daly » entre 1954 et 56.

Jazz au Trésor : Guy Lafitte - With His Quartet & His Quintet
Guy Lafitte, © Getty / David Redfern

Dans la série des rééditions consacrées au jazz en France dans les années cinquante par Fresh Sound, ce premier volume consacré au grand saxophoniste gascon est un régal. 

Beaucoup de critiques dans les années cinquante, considéraient le jazz français à un niveau équivalent de la scène américaine : si les États-Unis en étaient le berceau incontesté, la France en était devenu la gardienne du temple. L’un des musiciens français qui faisait l’unanimité, des deux côtés de l’Atlantique, était le jeune et brillant saxophoniste ténor Guy Lafitte (1927-1998). En 1954, le référendum du magazine Jazz Hot l’avait salué au titre du meilleur album et de meilleur sax ténor de l’année, et dans la foulée l'Académie du Jazz l’avait couronné du prix Django Reinhardt.

Guy Lafitte était né à Saint-Gaudens le 12 janvier 1927 avant de grandir à Toulouse. Autodidacte, il commença par la clarinette et se retrouva en 1944 dans l’ensemble du guitariste manouche Gene Baptiste, un cousin du batteur Mac Kac Reilles. « À cette époque,raconte Guy Lafitte_, le sud de la France était une terre de jazz_. À Carcassonne, Perpignan, Narbonne, Béziers, Sète, Montpellir… On y trouvait André Persiany, Jean Bonal, Armand Conrad ou Teddy Amelyn. En m’installant à Superbagnères, j’ai pu jouer avec le violoniste Michel Warlop juste avant sa disparition. En 1947 j’ai organisé le premier concert de Rex Stewart en France et c’est ainsi qu’il m’a proposé de jouer à ses côtés. Les choses étaient faciles. En 1951 j’accompagnais Big Bill Broonzy ; en 1951 je travaillais avec Mezz Mezzrow et Zutty Singleton ; en 1952 et 53 avec Bill Coleman, Dicky Wells… Et en 1954 je me retrouvais embauché au club des Trois Mailletz avec André Persiany et Michel de Villers ». Il allait  y rester 4 années !

Au sein des petites formations de Guy Lafitte enregistrées à cette époque (1954-56), un musicien brille particulièrement, le vibraphoniste Geo Daly. Admirateur de Lionel Hampton, il fut celui qui introduit le vibraphone sur la scène européenne. Il était à particulièrement à l'aise dans ce contexte et son alliance avec Guy Lafitte dégageait une atmosphère totalement détendue et sans prétention. Le charme d’un jazz au swing irrésistible et beaucoup de chaleur dans les improvisations.

La musique dans ces enregistrements est un témoignage des progrès et de la maturité que Guy Lafitte avait acquis depuis ses débuts. Certains l'avaient comparé à d'autres grands saxophonistes ténor, mais c'est évident ici qu'il avait réussi à échapper à l'influence des Hawkins, Herschel Evans, Chu Berry, ou Lester Young. Dans ces sessions, son propre langage et ses conceptions ne doivent plus qu’à lui-même.

  • Blue and Sentimental
  • Stardust

« Blue and Sentimental » (Le Club Français du Disque 21)
Guy Lafitte (sax ténor)
Geo Daly (vibraphone)
Raymond Fol (piano)
Alix Bret (contrebasse)
Bernard Planchenault (batterie)
Enregistré à Paris, mai 1954

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Guy Lafitte : Blue and Sentimental

  • Mélodie au crépuscule 

« Guy Lafitte et son Orchestre « Ducretet-Thompson 460 V 019)
Guy Lafitte (sax ténor)
Geo Daly (vibraphone)
André Persiany (piano)
Buddy Banks (contrebasse)
Jacques David (batterie)
Enregistré à Paris, 1er juin 1954

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Guy Lafitte : Mélodie au Crépuscule

  • If I Could Be with You 

« Guy Lafitte et son Quartette » (Columbia ESDF 1043)
Guy Lafitte (sax ténor)
Geo Daly (vibraphone)
André Persiany (piano)
Jacques « Popoff » Medvedko (contrebasse)
Teddy Martin (batterie)
Enregistré à Paris, 31 mars 1955

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Guy Lafitte : If I Could Be with you

  • Dans un vieux livre 

« Jazz Stars Series » (Columbia ESDF 1125)
Guy Lafitte (sax ténor)
Geo Daly (vibraphone)
Jean-Pierre Sasson (guitare)
Jean-Claude Pelletier (piano)
Paul Rovère (contrebasse)
Christian Garros (batterie)
Enregistré à Paris, 18 juin 1956