Jazz au Trésor : George Russell " Complete 1960-62 Decca & Riverside Album Collection"

Une réédition rassemble en quatre CD les six albums enregistrés par George Russell à New York entre 1960 et 62 pour les labels Decca et Riverside. Pluie de chefs d'œuvre.

Jazz au Trésor : George Russell " Complete 1960-62 Decca & Riverside Album Collection"
The George Russell Sextet et Baker à l'Ecole de Jazz en 1960. (c) John Payne

La première apparition de George Russell (1923-2009) sur la scène du jazz fut tonitruante. D'emblée à l'avant-garde. C'était en 1946, il avait 23 ans et se retrouvait compositeur de Cubana-be, Cubana-bop pour le big band décapant de Dizzy Gillespie. En 1953, il se retrouva théoricien du jazz modal en publiant un livre révolutionnaire, "The Lydian Concept of Tonal Organisation". Dans la foulée, il allait passer de la théorie à la pratique, emportant ses auditeurs dans des aventures sonores jusque-là inouïes...

Après les enregistrements de son Smalltet et de son Orchestra entre 1956 et 60 proposés la semaine passée, Fresh Sound (dist. Socadisc) propose un coffret "Complete 1960-62 Decca & Riverside Album Collection" avec les sextet et septet réunis alors par l'arrangeur - et cette fois pianiste. Se succèdent ainsi « At The Five Spot », « Stratusphunk », « In K.C. », « Ezz-Thetics », « The Stratus Seekers » et « The Outer View », complétés par deux raretés, des enregistrements privés : un concert de 1960 à la célèbre Music Inn de Lenox où se déroulait une académie d'été de l'avant-garde new-yorkaise et celui de Newport en 1964.

Il y a chez George Russell dans ces années-là, un très subtil équilibre entre une grande liberté laissée aux solistes sur des trames modales et une écriture en dentelles façon musique de chambre expérimentale … Une fraicheur qui tire simultanément profit des innovations sonores de la West Coast dans la décennie précédente, du culot iconoclaste du compositeur Thelonious Monk et du souffle libertaire porté par Ornette Coleman traduit en termes galants par John Lewis.

Autrement dit, ce qui s'entend là, c'est la modernité en marche. On y voit Carla Bley faire ses premiers pas de compositrice, Don Ellis et Eric Dolphy rivaliser d'audace et de contrastes, Steve Swallow y apparaitre à 21 ans au moment où il jouait parallèlement avec Jimmy Giuffre. Cette musique radicalement fraiche ne cherchait pas, elle trouvait. Sans jamais s'éloigner du swing !

Lundi 20, Stratusphunk, dans l'album « Stratusphunk »
Al Kiger (trompette)
Dave Baker (trombone)
Dave Young (sax ténor)
George Russell (piano)
Chuck Israels (contrebasse)
Joe Hunt (batterie)
New York, 18 octobre 1960

Mardi 21, Theme, dans l'album « In K.C. »
Don Ellis (trompette)
Dave Baker (trombone)
Dave Young (sax ténor)
George Russell (piano)
Chuck Israels (contrebasse)
Joe Hunt (batterie)
New York, 23 février 1961

Mercredi 22, Nardis dans l'album « Ezz-Thetics »
Don Ellis (trompette)
Dave Baker (trombone)
Eric Dolphy (clarinette basse)
George Russell (piano)
Steve Swallow (contrebasse)
Joe Hunt (batterie)
New York, 8 mai 1961

Jeudi 23, Pan-Daddy, dans l'album « The Stratus Seekers »
Art Farmer, Ernie Royal, Joe Wilder (trompette)
Bob Brookmeyer (trombone à pistons)
Jimmy Cleveland, Tom Mitchell, (trombone)
Phil Woods, Hal McKusick (sax alto)
Gene Allen (sax ténor)
Bill Evans (piano)
Barry Galbraith (guitare)
George Duvivier (contrebasse)
Max Roach (batterie)
Jon Hendricks (voix)
New York, 31 janvier 1962

Vendredi 24, Dance Class, dans l'album« Music Inn '60 »
Al Kiger (trompette)
Dave Baker (trombone)
Dave Young (sax ténor)
George Russell (piano)
Chuck Israels (contrebasse)
Joe Hunt (batterie)
Lenox, Massachusetts, 1er septembre 1960

Sur le même thème

Mots clés :