Jazz au Trésor : The Four Brothers - Together Again

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition dans la série Jazz Connoisseur, chez Sony, de « …Together Again » de The Four Brothers (1957).

Jazz au Trésor : The Four Brothers - Together Again
The Four Brothers

Au départ, Four Brothers, c’est un thème et un arrangement écrits par Jimmy Giuffre pour le big band de Woody Herman et enregistré le 27 décembre1947. Dans la foulée, ça deviendra le nom de la section de saxophones de l’orchestre, un alto (Sam Marowitz), trois ténors (Stan Getz, Zoot Sims, Herbie Steward ) et un baryton (Serge Chaloff).

À l’origine, c’est l’arrangeur Gene Roland qui avait imaginé pour l’octet du trompettiste Tommy De Carlo, l’association de quatre ténors héritiers de Lester Young : Stan Getz, Zoot Sims, Herbie Steward et Jimmy Giuffre. Trois mois à l’affiche du Pontrelli à Los Angeles, au début de l’année 1947 allaient façonner un son de groupe inédit.

En 1948, Al Cohn remplacera Steward. Mais pour la réunion en studio, dix ans plus tard, née d’une conversation entre le pianiste Eliott Lawrence et le producteur du label Vik, Bob Rolontz, Stan Getz n’était pas disponible et Herbie Steward reprit sa place. Et comme la santé de Serge Chaloff était chancelante, pour la seconde moitié de l’album il se contenta de prendre les solos, les parties d’ensemble étant assurée par Charlie O’Kane. Ce son fera école et aura de multiples avatars dans les quatuors de saxophones qui apparaitront à partir des années 1970, mais celui-là, par l’homogénéité de couleur (ni soprano, ni alto), dispense un moelleux unique.

Al Cohn, Zoot Sims, Herbie Steward, saxophone ténor
Serge Chaloff, Charlie O’Kane, sax baryton
Elliot Lawrence, piano
Buddy Jones, contrebasse
Don Lamond, batterie
Al Cohn, Manny Albam, Elliot Lawrence, arrangements
Enregistré à New York, le 11 février 1957

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - The Four Brothers : Four Brothers

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - AL COHN - TEN YEARS LATER

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - THE FOUR BROTHERS-THE SWINGING DOOR