Jazz au Trésor : Dom Frontiere - Fabulous

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition chez Blue Moon des deux premiers albums enregistrés en 1955 et 56 par l’accordéoniste américain Dom Frontiere : « And His Eldorado » et « Fabulous ».

Jazz au Trésor : Dom Frontiere - Fabulous
Dom Frontiere "Fabulous", © Blue Moon

Dominic Frontiere est né dans une famille musicienne à New Haven, Connecticut, le 17 juin 1931. Il avait à peine quatre ans lorsqu'il a commencé à apprendre les bases de l'accordéon. À six ans, on l’envoya se perfectionner avec à New York avec Joe Biviano. À quatorze ans il jouait Bach, Beethoven, Chopin et Liszt au Carnegie Hall… Ayant maîtrisé son instrument à travers ses études classiques, Dom s'est ensuite intéressé à la musique moderne. Il s’amuse alors à transcrire sur l’accordéon les arrangements orchestraux de Billy May ou Stan Kenton ! En 1950, après avoir intégré le Youth Opportunity Show de Horace Heidt (qui avait doublé le cachet de son prédécesseur pour le convaincre), il s'installe à Hollywood, où il ne tarde pas à s'imposer, non seulement comme accordéoniste de premier plan de l'industrie cinématographique, mais aussi comme compositeur et arrangeur. Il est également apparu dans plusieurs films tels que « April in Paris » (1952), « No Business Like Show Business » (1954) ou « Love Me Or Leave Me (1955). Il écrivait aussi de la musique pour les show télévisés de fin de soirée…

Mais 1955 lui a apporté quelque chose de spécial. En mars, Dom a signé un contrat d'enregistrement à terme avec Liberty Records, ce qui a conduit à l'enregistrement de son premier album en tant que leader cet été là, dirigeant un sextet composé de musiciens de studio hollywoodiens de renom. L'album est sorti à l'automne sous le titre « Dom Frontiere and His Eldorado ».

Un an plus tard, il transforme son groupe en octet pour enregistrer « Fabulous ! », son deuxième album pour Liberty. Les talents musicaux de Frontiere étaient incontestables. « Entre les mains d'un maître [l'accordéon devient] bien plus qu'un instrument de fête à polka », écrit alors le magazine Down Beat.

Après que Alfred Newman l’ait pris sous sa coupe, à partir de 1960 et pendant plus de vingt ans, il va composer pour des films (notamment « Pendez les haut et court » de Clint Easwood), puis des séries télévisées (« Stony Burke » en 1963, « The Outer Limits » en 64, « The Rat Patrl en 66, « The Invaders » en 67, « The Name of the Game » en 67, « That Girl » en 66-71, « Search » en 72-73, « Swing Out, Sweet Land » avec John Wayne en 70), ce qui lui vaudra des prix et une reconnaissance internationale.

Cette réédition, rassemble ses deux premiers albums, de l'époque où ce jeune instrumentiste et arrangeur révélait son talent et son approche personnelle au monde. Il mourra à 86 ans, le 21 décembre 2017 à Tesuque, New Mexico, où il s’était retiré.

  • Mister « B »
  • Poinciana
  • Perpetual Motion
  • I’ll Be Seeing You 

"Dom Frontiere and his Eldorado"
Dom Frontiere, accordéon
Abe Most, clarinette
Bill Ulyate, clarinette basse
Jack Marshall, guitare
Mike Rubin, contrebasse
Nick Fatool, batterie
Enregistré à Hollywood, juillet-août 1955

  • Autumn Leaves

"Fabulous !"
Dom Frontiere, accordéon
Abe Most, clarinette
Bill Ulyate, clarinette basse
Lou Singer, vibraphone
Ann Mason Stockton, harpe
Jack Marshall, guitare
Mike Rubin, contrebasse
Billl Richmond, batterie
Enregistré à Hollywood, Janvier-février 1956