Jazz au Trésor : Christian Chevallier - Prince du jazz français, His orchestra and small groups 1955-61

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la réédition des premiers enregistrements d’un compositeur, arrangeur et chef d’orchestre surnommé « le prince du jazz français » : Christian Chevallier.

Jazz au Trésor : Christian Chevallier - Prince du jazz français, His orchestra and small groups 1955-61
Christian Chevallier

À ÉCOUTER

Christian Chevallier : Nice Joke du 29 Août 2016

À ÉCOUTER

Christian Chevallier : Saxologie du 30 Août 2016

À ÉCOUTER

Christian Chevallier : Olympia du 31 Août 2016

À ÉCOUTER

Christian Chevallier : Street In Saint-Germain du 01 Septembre 2016

À ÉCOUTER

Christian Chevallier : Mad Dog du 05 Septembre 2016

Pianiste et vibraphoniste, c’est surtout comme compositeur, arrangeur et chef d’orchestre que Christian Chevallier (1930-2008) marqua toute une génération. À 18 ans, il fut le pianiste du Tabou, avant de s’installer à La Rose Rouge de 1951 à 55 avec de petites formations qui allaient lui donner la passion des arrangements. C’est dans la foulée qu’il monte un big band dont l’enregistrement lui vaudra en 1956 le prix de l’Académie Charles Cros et pour lui-même le prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz.

Fresh Sound (dist. Socadisc) réédite ses premiers enregistrements en big band et petites formations, couvrant les années 1955-61. On y découvre un arrangeur maitrisant les leçons de Bill Holman, du nonet de Miles Davis ou de Stan Kenton. Avec une french touch bien spécifique dans l’association de la limpidité du phrasé et de la clarté des couleurs, toute entière contenue dans le titre de son second LP : « Formidable ».

Dans les pupitres de l’orchestre, on croise les trompettistes Roger Guérin ou Bernard Vitet, les saxophonistes Bobby Jaspar et Jean-Louis Chautemps, le guitariste Pierre Cullaz, les vibraphoniste Sadi et Michel Hausser, le bassiste Pierre Michelot, le batteur Christian Garros : un orchestre qui ressemblait au vrai conservatoire de la génération d’après-guerre. Belle époque…