Jazz au Trésor : Chet Baker - Italian Movies

Le label anglais Moochin About, qui s’était déjà illustré dans la réédition de trois coffrets « Jazz on Film… » rassemble cinq musiques de film composées par Piero Umiliani et pour lesquelles il a fait appel à Chet Baker entre 1958 et 64.

Jazz au Trésor : Chet Baker - Italian Movies
Photo - Chet Baker

« C ‘était un homme triste et angoissé, son unique joie consistait à jouer de la musique… » se souvient le pianiste et compositeur Piero Umiliani à propos de Chet Baker qu’il adorait. Par cinq fois il fit appel à lui pour ses musiques de film :
« I Soliti Ignoti » (Le Pigeon ), réalisé par Mario Monicelli (1958)
« Audace Colpo dei Soliti Ignoti » (Hold-up à la milanaise ), de Nanni Loy (1959)
« Urlatori alla Sbarra », de Lucio Fulci (1960)
« Smog », de Franco Rossi (1962)
« Intrigo a Los Angeles » (FBI enquête à Los Angeles ), de Romano Ferrara (1964)

« Je lui offrais trois notes et il en distillait de la beauté… J’avais l’idée, il avait la créativité », rajoute le compositeur. Le tout est regroupé dans un coffret de 3 CD, « Italian Movies », proposé aujourd’hui par Moochin About (dist. Socadisc), le label qui avait inauguré la réédition de musiques de films par trois coffrets précédents, « Beat, Square & Cool » et « The New Wave ».

Pour Chet Baker, dans ces années-là, l’Italie fut aussi le cadre d’un film noir personnel : arrêté pour trafic de stupéfiants, il passa une année en prison à Volterra. Pour l’enregistrement de « I Soliti Ignoti » (la première utilisation du jazz dans une musique de film italien), le producteur avait envoyé un taxi le prendre pour qu’il soit à l’heure à la séance d’enregistrement. Chet fit arrêter le taxi pour 5 minutes à la gare Termini et disparut plusieurs jours. Il avait pris un train pour Munich pour retrouver un dealer et réapparut comme un fantôme, les yeux clos, quelques jours plus tard, pour mettre en boite Sentirsi Soli du premier jet ! Il n’avait plus de trompette, mais son embouchure trainait encore mystérieusement dans sa poche.

Le premier CD, avec les musiques des trois premiers films, permet d’entendre un superbe Chet, trompettiste et chanteur, entouré d’excellents musiciens italiens (dont Piero Umiliani au piano). « Smog », sur le CD 3 est davantage anecdotique, mais le trompettiste partage les apparitions avec la chanteuse Helen Merrill, parfaitement envoutante. Quant à la bande son de « Intrigo a Los Angeles », sur le CD 2, elle alterne quelques plages jazz avec un contexte plus pop et expérimental (orgue-percussions).

Ce coffret rassemble donc davantage des musiques de film signées Piero Umiliani « dans lesquelles apparait Chet Baker » qu’il n’est un « coffret Chet Baker ». Mais les collectionneurs n’en auront cure !