Jazz au Trésor : Buddy Collette - The Complete 1961 Milano Sessions

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication chez Fresh Sound de « The Complete 1961 Milano Sessions » du multi-instrumentiste Buddy Collette échappé de la West Coast.

Jazz au Trésor :  Buddy Collette - The Complete 1961 Milano Sessions
Buddy Collette, © Getty / JP Jazz Archive

L’intégralité de double-album tient en 2 semaines ! Entre le 10 et le 25 mars 1961, Buddy Collette enregistra 36 plages en 10 séances, avec la crème des musiciens italiens de l’époque et quelques autres visiteurs de passage. Ces « Milano Sessions » avaient été réparties à l’époque sur trois vinyles des mabels Music et Ricordi..

En mars 1961, Buddy Collette était arrivé en Italie pour jouer au 6ème Festival de San Remo où, très attendu par le milieu du jazz italien, ilse produisit avec Martial Solal et Daniel Humair. Dans la foulée, quelques concerts avaient été programmés à Milan et Florence. C’était son premier séjour en Europe et on a la chance qu’il ait été soigneusement documenté grâce à ses nombreuses visites dans les studios milanais. Pas moins de 10 séances en 15 jours le font entendre dans des contextes variés avec quelques piliers de la scène transalpine comme Gianni Basso, Oscar Valdambrini, Renato Sellani, Amadeo Tommasi ou Sergio Fanni, quelques européens tels que le serbe Dusko Gojkovic et le belge Jacques Pelzer et les américains George Joyner (le futur Jamil Nasser) et Jimmy Pratt (qui travaillait alors avec Catarina Valenti).

À l’époque de ces enregistrements, le talent de Buddy Collette, flûtiste, clarinettiste, saxophoniste et compositeur était bien établi sur la West Coast. Né à Los Angeles le 6 août 1921, il avait commencé le piano à l’âge de 10 ans, avant de passer au sax alto à 12 et de dirifer son premier groupe l’année suivante. À l’issue de son service militaire, il se retrouva au sein des Stars of Swing, un groupe qui comprenait Charles Mingus, Lucky Thompson et Britt Woodman. En 1948 il intégra l’orchestre de Gerald Wilson et en 1949 celui de Benny Carter.

En 1953 il fut l’un des tout premiers musiciens afro-américains à faire partie d’un orchestre de radio ou de TV. Il s’agissait de l’émission de Groucho Marx dont le directeur musical était Jerry Fielding. En 1955 sa notoriété décolla prit un coup d’accélérateur quand il fit partie du quintet de Chico Hamilton et de quelques autres magnifiques groupes de la West Coast où le fait qu’il était poly-instrumentiste sur des instruments « de chambre » lui ouvrit une voie royale. C’est aussi au beau milieu des années cinquante qu’il inaugura sa discographie en leader chez Contemporary (« Man of Many Parts », « A Nice Day »), Dig (« Tanganyika »), ABC (« Calm Cool and Collette »), Challenge (« Everybody’s Buddy ») et Mercury (« The Swinging Sheperds »).

Une interview de Buddy Collette, réalisée par Steven Louis Isoardi en 1989-90 est disponible ici. Elle est consacrée à l’ensemble de sa carrière, y compris ce séjour italien (à partir de la page 554).

  • Slavic Mood

Dusko Gojkovic (trompette)
Buddy Collette (flûte)
Renato Sellani (piano)
Franco Serri (contrebasse)
Jimmy Pratt (batterie)
Enregistré à Milan, 10 mars 1961

  • San Carlo

Dusko Gojkovic (trompette)
Buddy Collette (clarinette)
Renato Sellani (piano)
Franco Serri (contrebasse)
Jimmy Pratt (batterie)
Enregistré à Milan, 10 mars 1961

  • Paddi

Dusko Gojkovic (trompette)
Buddy Collette (saxophone alto)
Renato Sellani (piano)
Franco Serri (contrebasse)
Jimmy Pratt (batterie)
Enregistré à Milan, 10 mars 1961

  • My Funny Valentine

Buddy Collette (flûte)
Renato Sellani (piano)
Giorgio Azzolini (contrebasse)
Gianni Cazzola (batterie)
Enregistré à Milan, 18 mars 1961

  • Softly As in a Morning Sunrise

Buddy Collette (clarinette)
Gianni Basso (saxophone ténor)
Renato Sellani (piano)
George Joyner (contrebasse)
Jimmy Pratt (batterie)
Enregistré à Milan, 18 mars 1961