Jazz au Trésor : Bud Powell - Live at the Blue Note Café, Paris, 1961

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, Bud Powell au Blue Note de Paris en 1961.

Jazz au Trésor : Bud Powell - Live at the Blue Note Café, Paris, 1961
Bud Powell ©X/DR

Bud Powell s’était installé à Paris fin mars 1959. Depuis son arrestation pour détention d’héroïne en 1954 à Philadelphie, sa situation professionnelle était devenue délicate : il n’était plus autorisé à jouer dans les clubs new-yorkais et ses engagements dans les autres villes des États-Unis étaient rares et compliqués du fait de ses addictions et d’un état mental qui se dégradait.

C’est ainsi qu’il accepta en novembre 57 un engagement de deux semaines au Club Saint-Germain à Paris, couronné de succès. En fait, un peu plus tôt dans l’année il avait retrouvé à Paris le batteur Kenny Clarke son complice des premiers temps du bebop. De janvier à mars 1957, Kenny Clarke avait tous les soirs tenu la scène du club Blue Note, au 27 rue d’Artois, près des Champs-Élysées, en compagnie de Lester Young. Malade, ce dernier dut retourner en urgence à New York où il mourut immédiatement.

Bud Powell prit sa place pour tout le mois d’avril 1957. En décembre, Kenny Clarke et Bud Powell remirent le couvert en compagnie du bassiste Pierre Michelot. Pas de leader, ils se faisaient appeler The Three Bosses ! Entre les tournées et les festivals, le trio fut actif durant tout 1960 et 61. Durant cette période, ils servirent de temps à autre de section rythmique de luxe à des solistes américains de passage. Ce fut le cas pour Zoot Sims en janvier 1961, dont trois plages sont reproduites dans ce « Live at the Blue Note Café, Paris 1961 ».

Mais au cours du mois de janvier 1962, les problèmes d’alcoolisme de Bud Powell lui valurent d’être mis à la porte du Blue Note après qu’il ait été surpris à avaler les verres des clients… C’est pourquoi la session en trio au Blue Note, enregistrée par Alan Douglas et rééditée aujourd’hui par ESP (dist. Orkhêstra), est forcément antérieure à cette date. Référencée à 1962 dans certaines discographies, elle se situe plus probablement en 1961 selon le témoignage d’Alan Douglas lui-même.

Ce document témoigne de l’intensité de la créativité du pianiste les soirs où il était en pleine possession de ses moyens.

Zoot Sims (sax ténor)
Bud Powell (piano)
Pierre Michelot (contrebasse)
Kenny Clarke (batterie)
enregistré en janvier 1961, en public au Blue Note à Paris (avec Zoot Sims)
enregistré en 1961 - ou janvier 62 - pour le trio seul