Jazz au Trésor : The Basie-Ites, Beverly Kenney - How High The Moon

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, la publication chez Fresh Sound de l’enregistrements de la chanteuse Beverly Kenney avec The Basie-ites en 1956.

Jazz au Trésor : The Basie-Ites, Beverly Kenney - How High The Moon
Beverly Kenney

Beverly Kenney (29 janvier 1932- 13 avril 1960) est une chanteuse américaine culte, décédée à 28 ans à l’issue de sa troisième tentative de suicide à New York. Elle avait débuté sa carrière aux côtés des frères Jimmy et Tommy Dorsey, avant d’écumer les clubs new-yorkais avec George Shearing, Don Elliott et Kai Winding. Elle enregistra six albums entre 1956 et 1960, les trois premiers pour le label Roost, les trois autres pour Decca. Le troisième, “Beverly Kenney Sings with Jimmy Jones and ‘The Basie-ites’”, est regroupé par Fresh Sound dans « How High the Moon » en complément de l’album des Basie-ites avec Barry Harris en 1959. Berverly Kenney travaillerait juste après avec Lester Young au Birdland.

« Je ne trouve pas que le studio soit l'endroit idéal pour se détendre, confiat Beverly Kenney à l’issue de l’enregistrement de cet album, mais avec ce genre de groupe, j'imagine que Licia Albanese elle-même pourrait swinguer. » Référence malicieuse à la diva lyrique qui était au même moment à l'affiche du Metropolitan dans Verdi ou Puccini. Le groupe en question : des exfiltrés de l’orchestre de Count Basie, pour l’un de leurs rares jours de congé, qui sont le saxophoniste et flûtiste Frank Wess, le trompettistes Joe Newman et pour la section rythmique, le cœur de l’alambic à distiller du swing, Freddie Green à la guitare, Eddie Jones à la contrebasse et Jo Jones à la batterie, Barry Harris tenant le rôle de Basie au piano.

Un zeste d’ironie dans A Fine Romance et Makin’ Whoopee, la délicatesse d’un nuage West Coast pour Isn’t This a Lovely Day et Old Buttermilk Sky… Clarté du phrasé, légèreté du swing, douceur des attaques : faire simple et direct était le credo de cette chanteuse culte dont les japonais ont religieusement veillé à ce que ses six albums soient constamment disponibles, en publiant même trois autres, inédits, à titre posthume.

“Beverly Kenney Sings with Jimmy Jones and ‘The Basie-ites’”
(Roost LP 2218)
A Fine Romance
Nobody Else But Me
Isn't This a Lovely Day
Makin' Whoopee
Old Buttermilk Sky

Beverly Kenney (vocals)
Joe Newman (trompette)
Frank Wess (flute, sax ténor)
Jimmy Jones (piano)
Freddie Green (guitare)
Eddie Jones (contrebasse)
Jo Jones (batterie)
Enregistré à New York, 1956

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - The Basies-Ites, Beverly Kenney : A Fine Romance

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - The Basie-Ites, Beverly Kenney : Nobody Else But Me