Jazz au Trésor : Alfred Harth - This Earth

Dégoté dans les archives de la discothèque de Radio France : « This Earth ! » de Alfred Harth (avec Paul Bley), un vinyle du label ECM jamais réédité en CD.

Jazz au Trésor : Alfred Harth - This Earth
Maggie Nicols, Alfred Harth, Paul Bley, Barre Phillips, Trilok Gurtu ©Ralph Quinke

À ÉCOUTER

Alfred Harth : Female Is The Sun du 14 Janvier 2016

À ÉCOUTER

Alfred Harth : Relation To light, Colour and Feeling du 14 Janvier 2016

À ÉCOUTER

Alfred Harth : Studying Walk, A Lanscape du 20 Janvier 2016

À ÉCOUTER

Alfred Harth : Body & Mentation du 21 Janvier 2016

À ÉCOUTER

Alfred Harth : Three Acts of Recognition du 22 Janvier 2016

« This Earth ! » est la seconde apparition du saxophoniste allemand Alfred Harth chez ECM, après le collectif réuni pour « Just Music », la deuxième référence du label à ses débuts. Cette fois, il s'agit d'une œuvre toute personnelle, faisant appel aux textes de Vicky Scrivener, confiés à la voix de la britannique Maggie Nicols et mis en musique pour un quartet réunissant Paul Bley, Barre Phillips et Trilok Gurtu aux côtés du leader.

Female Is The Sun est emblématique de l'album. Structuré autour d'un contrepoint de clarinette basse et de piano, il prend vie avec la voix de Maggie Nicols. Chaque phrase envoûte plus profondément jusqu'à ce que l'on ressente la chaleur de cette “old gold woman ” qui guette notre réveil :
The earth’s hot eye reels
fenced
and groans before
vestal temperament

Dans Relation To Light, Colour and Feeling, le piano et la basse sont comme deux maisons mitoyennes. Au milieu, comme une corde à linge détendue, un chant sans paroles doublé par le sax, oscille dans un après-midi embaumé. Les mots surgissent en conclusion, juste un gazouillis.
Luxurious mezzotints and shades
glowing wash of tones

Une intro percussive ouvre la récitation du texte de Studying Walk, A Landscape. Maggie Nicols nous prend par la manche et déroule un scénario qui culmine avec des petits cris perçants qui semblent jaillir d'un saxophone. Une sorte de fantaisie urbaine et rafraichissante.
A wish, relief from a circle

Dans Body & Mentation, le piano et l'archet de la contrebasse poussent le ténor d'Alfred Harth dans ses retranchemets. Il s'y régale en dialoguant avec les mains de Trilok Gurtu sur ses percussions. Le dernier mot reviendra à Paul Bley
Love’s tug –
our barge;
sweet clamorous tidings
on the unique
journey backwards
to progression.

Pour Three Acts Of Recognition Alfred Harth joue la carte contemplative avec un son de ténor tout en tendresse. Un de réverbération vient accentuer les effets vocaux du saxophone ; et lorsque le sax se fait plus pointilliste, Paul Bley plonge ses doingts dans les cordes du piano.
Between the clean
and tender sheets
we’ll hear us out.

Alfred Harth est un musicien qui écrit sans gomme, qui chante bouche fermée et s'exprime à nu, sans la moindre affectation. Trilok Gurtu est constamment mis en valeur, son jeu centré sur les cymbales venant alléger la présence d'un set complet de batterie. Paul Bley et Barre Phillips affichent une présence très complice. Quant à la voix de Maggie Nichols, c'est toute la poésie de l'album, transcendant les mots par sa fantaisie.

Alfred Harth, saxophones tenor, alto et soprano, clarinette-basse
Paul Bley, piano
Barre Phillips, contrebasse
Trilok Gurtu, percussion
Maggie Nicols, voix
Enregistré en mai 1983, Tonstudio Bauer, Ludwigsburg