Jazz Bonus : Martin Wind - White Noise

Le 11e album du contrebassiste Martin Wind, est sorti sur le label allemand Laika Records. Un trio avec Philip Catherine et Ack van Rooyen.

Jazz Bonus : Martin Wind - White Noise
Martin Wind, Philip Catherine et Ackvan Rooyen (de bas en haut), © Olff Appold

Originaire de Flensburg, en Allemagne, Martin Wind est établi pendant près de 25 ans dans la scène jazz de New York, où il vit, collaborant avec des artistes tels que Pat Metheny, Sting, John Scofield, Toots Thielemans, Michael et Randy Brecker, Phil Woods, Hank Jones, Michel Legrand, Clark Terry, Slide Hampton ou le Vanguard Jazz Orchestra. Actif à la fois comme compositeur et comme instrumentiste, il a publié 11 disques sous son nom, réalisé plusieurs musiques de films et enseigne à l’université.

Son œuvre précédente: "Light Blue" (enregistrée avec Anat Cohen, Ingrid Jensen, Maucha Adnet et Duduka DaFonseca) a reçu "quatre étoiles" de Downbeat Magazine, et Paquito D'Rivera a qualifié d’une beauté dégoûtante son album de 2014 “Turn out the Stars - musique écrite ou inspirée par Bill Evans” enregistré avec un quatuor à cordes complété par Scott Robinson, Bill Cunliffe et Joe La Barbera, et avec le Marchigiana Philharmonic Orchestra.

Pour l'enregistrement de ce nouvel opus, "White Noise" - également disponible dans les principales boutiques digitales et sur Spotify - Martin Wind souhaitait vivement la collaboration de deux icônes du jazz européen: le Belge Philip Catherine, considéré par la critique le guitariste le plus réputé d'Europe après John McLaughlin, et le Néerlandais Ack van Rooyen, dont le timbre chaud et doux sur bugle et trompette est la marque de fabrique.

Le concept du nouvel album suit le principe bien connu “less is more”: « Le silence est de plus en plus devenu un luxe; Avec “White Noise” j'ai voulu créer un pôle acoustique opposé. Une sorte d'oasis sonore dans laquelle le public peut se détendre et profiter de la musique à son expression maximale ».

Les trois musiciens sont liés par une profonde amitié, ainsi que par une longue collaboration.

« Pour moi, Philip et Ack sont parmi les plus grands artistes mélodiques que le jazz ait jamais eu.Ils font vraiment  chanter leurs instruments, et c'est ce que je veux prouver avec cet album. À 17 ans, l'album de Philip "The Viking" avec le bassiste danois Niels-Henning Ørsted Pedersen a été une révélation et m'a influencé pendant des décennies. Travailler avec lui a été pour moi une vraie "réunion", son son me semble vraiment familier ».

Le lien entre Martin Wind et Ack van Rooyen est né au sein du Bundesjazzorchester (BuJazzO), où ils se sont rencontrés en tant qu'étudiant et enseignant. « Ack est toujours incroyablement concentré et attentionné. En studio, chaque note était absolument parfaite. Avec cet album j'ai voulu rappeler au public son incroyable talent et montrer toute sa "divinité", à côté d'une grande humilité, d'un dévouement à la musique et d'un sens de l'humour raffiné! »   (extrait du communiqué de presse)