Hommage à Ginger Baker

Disparition du batteur Ginger Baker (19 août 1939 - 06 octobre 2019).

Hommage à Ginger Baker
Ginger Baker, © Getty / Robert Knight Archive

Ginger Baker était autrefois considéré comme le musicien le moins susceptible de survivre aux années 60... Il fut notamment de l'aventure de Cream, en compagnie d'Eric Clapton et Jack Bruce. Et pourtant, en 2014, il se retrouve sur la pente ascendante. Le documentaire "Beware of Mr. Baker" a attiré une attention renouvelée pour sa musique singulière, sa personnalité ardente et parfois auto-destructrice… Avant de plonger dans le rock, Ginger Baker avait participé à l’éclosion du blues anglais, avec Alexis Korner et John Mayall. 

Il s’auto-définissait lui même comme batteur de jazz, alors même que sa carrière dans le rock a été plus conséquente. Mais ses premiers héros s’appelaient Baby Doods et Sam Woodyard et quelques expériences marquantes avec des jazzmen ont jalonné sa carrière, comme les deux superbes albums en trio avec Bill Frisell et Charlie Haden, “Going Back Home” (1994) et “Falling Off the Roof (1995). Dans la foulée, avec le trompettiste Ron Miles et le bassiste Artie Moore, rencontrés à Denver, il allait monter le Denver Jazz Quintet-to-Octet (DJQ2O) (“la meilleure formation dans laquelle j’ai joué” devait-il déclarer) qui enregistra “Coward of the County” en 1999).

Ginger Baker a longtemps été considéré comme le plus grand des batteurs de la planète et les critiques ont jugé son récent spectacle avec son quartet, Jazz Confusion, comme l'un des meilleurs de sa carrière.

En 2014 paraissait chez Motéma “Why ?”, son premier album depuis 16 ans. Il suivait le documentaire primé en 2012 aux Award-Winning “Beware of Mr. Baker”.

A voir : “Ginger Baker, batteur inconditionnel" :