Herbie Hancock, parcours d'un caméléon de la musique

Véritable caméléon de la musique, Herbie Hancock excelle dans de nombreux styles tout au long de sa carrière. Alternant morceaux expérimentaux et succès populaires, il ne contente pas de se fondre dans le décor, il crée de nouvelles couleurs.

Herbie Hancock, parcours d'un caméléon de la musique
Herbie Hancock, © Getty

La singularité d’Herbie Hancock transparaît clairement dès son premier titre.  Lorsqu’il compose "Watermelon Man" en 1962, Herbie Hancock s’inspire du chant du vendeur de pastèques, et du bruit de sa carriole sur le pavé. Éminemment créatif, il s’imprègne de son environnement, donnant naissance à un standard du jazz.

Ce premier succès ne laissera pas Miles Davis indifférent, qui lui propose de rejoindre sa formation en 1963. Il l’intègre au sein de son quintet légendaire, aux côtés de Tony Williams, Ron Carter, George Coleman et Wayne Shorter.  

Pendant ces années là, Miles Davis les incitent à explorer de nouveaux territoires musicaux. Il leur demande de délaisser les improvisations harmoniques du be-bop au profit du rythme, une approche du jazz particulièrement novatrice pour l’époque. Cette expérience sera décisive dans son approche de la musique, lui donnant une grande ouverture d’esprit.

Dans les années 1970, Herbie Hancock crée les Head Hunters, une formation éclectique qui conjugue jazz et rock. Ensemble, ils sortent l’album "Head Hunters", dont le morceau "Chameleon" marque l’entrée de Herbie Hancock dans la pop.  

Un changement de trajectoire qui annonce les prémices de son très célèbre Rock it, sorti dix ans plus tard, en 1983. Inspirations hip hop, vocodeur, scratch… Les techniques utilisées pour réaliser Rock it sont résolument modernes, et conquièrent le monde entier.

Ma manière d’être constant est de changer constamment - Herbie Hancock

Protéiforme, Herbie Hancock n’a de cesse de se renouveler et de surprendre son public, même après 40 ans de carrière. S’il a du mal à se remettre de la disparition de son mentor Miles Davis, son hommage “Tribute to Miles”, lui permet de renouer avec le jazz.  

De Lang Lang à Wayne Shorter, en passant par John Legend,  il continue à réinventer la musique au fil de ses collaborations colorées. Insaisissable, Herbie Hancock reste pourtant un musicien de l’universel, portant la musique à travers tous les styles.