Etuk Ubong - Africa Today

Le trompettiste, compositeur et chanteur nigérian Etuk Ubong, passé par le Positive Force de Femi Kuti, sort vendredi 19 juin “Africa Today” sur Night Dreamer. Un album spirituel et politique enregistré en Direct-to-Disc, qui investit un nouvel espace entre afrobeat, highlife et jazz.

Etuk Ubong - Africa Today
Etuk Ubong, © Elaine Groenestein

Salué par Seun Kuti comme l’un des meilleurs artistes du Lagos aujourd’hui, Etuk Ubong s’est forgé un style original qu’il appelle Earth Music. Combinant non seulement des éléments d’afrobeat, de highlife et de jazz mais intégrant également les percussions rituelles propres au style ekombi, le résultat est une musique à l’urgence palpable et à haute teneur énergétique mais toujours porteuse de spiritualité. 

Les compositions d’Etuk Ubong sont le reflet d’un héritage et d’une philosophie de vie qui conjugue bienveillance, paix et amour pour l’humanité. Puissante et animée, sa musique peut rappeler celle de certaines têtes d’affiche de la nouvelle scène anglaise - à commencer par la formation Sons of Kemet menée par Shabaka Hutchings, mais elle est aussi intrinsèquement liée au Nigéria.

Etuk Ubong a été convié par le label anglais Night Dreamer au studio Artone, à Haarlem (Pays-Bas), doté d’une collection inestimable de matériels d’enregistrement et de mastering vintage et situé au-dessus d’une usine de pressage. Il y a réuni un groupe de musiciens internationaux chevronnés pour graver ses compositions selon le procédé Direct-to-Disc, évitant ainsi les écueils propres à certaines méthodes d’enregistrement modernes et s’employant à rendre compte le plus naturellement possible d’une performance live à la fois énigmatique et explosive. 

Etuk Ubong est épaulé par un autre musicien de Lagos, Michael Awosogo, également à la trompette, et un groupe trié sur le volet de musiciens britanniques et hollandais. Ensemble, le lendemain d’un concert impromptu, ils ont enregistré cet album en une seule session, le dernier jour d’une résidence de 5 jours.

La plupart des titres est portée par un rythme effréné et chargée de messages politiques - en particulier les morceaux African Struggle et Mass Corruption sur lesquels Etuk Ubong, à la fois à la trompette et au chant, dirige un ensemble de cinq cuivres, une section rythmique endiablée et le clavier soulful de Jack Stephenson-Oliver du groupe anglais Vels Trio. Etuk Ubong utilise la musique non seulement pour dénoncer l’injustice mais aussi pour porter un message d’humanité et de spiritualité ; notamment sur le profond Spiritual Change où Etuk Ubong appelle les africains à changer eux-mêmes avant de demander une quelconque aide extérieure.

Né dans l’état d’Akwa Ibom, au sud du Nigéria, mais élevé à Lagos, Etuk Ubong s’est mis à la trompette à l’âge de 14 ans et n’a jamais quitté l’instrument. Il a étudié au Peter King College of Music, à la Muson School of Music et à l’Université du Cap et a été enrôlé dès l’âge de 16 ans dans le groupe du grand musicien de highlife récemment décédé Victor Olaiya où se sont formés Fela Kuti et Tony Allen avant de créer l’afrobeat. Etuk Ubong a, par ailleurs, joué avec la sensation reggae Buchi, s’est illustré au sein du groupe Positive Force de Femi Kuti - se produisant régulièrement au célèbre New Afrika Shrine à Ikeja -  et a partagé la scène avec le pianiste sud-africain Nduduzo Makhathini, qui vient de signer sur le label Blue Note. 

Déjà très demandé à Lagos et à travers toute l’Afrique, Etuk Ubong a ouvert son propre club, “The Truth” - devenu le lieu le plus en vue de la scène de la capitale du Nigéria depuis le Shrine de Fela Kuti - où il joue trois fois par semaine. Ubong s’est également forgé une réputation à Londres et dans tout le Royaume-Uni, après de nombreuses performances dont une session qui a marqué les esprits avec le collectif londonien Steam Down, des résidences à Jazz Re:freshed et un set fiévreux à l’occasion de la première édition du festival de Gilles Peterson, We Out Here. Cette connexion avec la scène anglaise, en particulier avec Steam Down et des musiciens tels que Theon Cross (Sons of Kemet) confirme qu’ils ont beaucoup en commun : l’intensité, la force politique, la volonté de s’affranchir des barrières et la spiritualité. 

Night Dreamer a saisi Etuk Ubong à un moment-clé de sa carrière : il est un musicien accompli qui a absorbé l’héritage musical de son pays d’origine, créé son propre son et déjà eu un impact sur les très excitantes scènes anglaise et sud-africaine. “Africa Today” est un disque essentiel qui s’émancipe du jazz et de l’afrobeat pour créer quelque chose de nouveau. Appelons ça Earth Music. 
(extrait du communiqué de presse)