En partie paralysé, le pianiste Keith Jarrett ne donnera sans doute plus de concerts

Mis à jour le vendredi 23 octobre 2020 à 11h24

Âgé de 75 ans, le pianiste de jazz Keith Jarrett a révélé au New York Times qu'il ne pensait plus pouvoir jouer à nouveau de piano en concert.

En partie paralysé, le pianiste Keith Jarrett ne donnera sans doute plus de concerts
Keith Jarrett (1983), © Getty / Frans Schellekens / Redferns

Victime de deux accidents vasculaires cérébraux en février et mai 2018, le pianiste de jazz Keith Jarrett a expliqué au New York Times qu'il y avait peu de chances pour qu'il puisse à nouveau jouer en concert. En effet, son côté gauche est partiellement paralysé. "On me dit que le maximum que je pourrais récupérer de ma main gauche, c'est la capacité de tenir un verre".  

Il a expliqué au New York Times qu'il ne se "considér[ait] pas comme un pianiste aujourd'hui" et ne "[savait] pas à quoi est censé ressembler [son] avenir". Aujourd'hui Keith Jarrett ne joue plus que très rarement du piano, et uniquement de la main droite. Son dernier concert était en février 2017, au Carnegie Hall à New York.  

Improvisateur dès le plus jeune âge

Né en 1945, Keith Jarrett a débuté le piano à l'âge de 3 ans et aurait, en guise de première improvisation, transcrit en musique le ruissellement d'un cours d'eau à la demande d'une tante. Connu pour son travail autour de l'improvisation, il a, au cours de sa carrière, collaboré avec des artistes comme le saxophoniste Charles Lloyd, le trompettiste Miles Davis, ou encore les batteurs Art Blakey et Jack DeJohnette. En parallèle du jazz, il jouait aussi beaucoup de musique classique.

Le Budapest Concert

Enregistré lors de sa tournée européenne de 2016 au Bela Bartok National Concert Hall, le "Budapest Concert" sortira dans les bacs le 30 octobre prochain sous le label ECM Records, après le "Munich Concert", paru en 2019. Pour Keith Jarrett, Budapest - le premier concert de la série - fut le meilleur de la tournée. 

A cette occasion, Alex Dutilh lui consacrera son émission Open Jazz du jeudi 29 octobre. “Pendant très longtemps, Keith Jarrett a donné des concerts fleuves ​en solo, en deux parties ininterrompues de près d'une heure chacune. Il se lançait sans idée préconçue. Parfois il cherchait une idée qui ne venait pas pendant de longues minutes, mais soudain elle surgissait, on décollait à la verticale vers des contrées qu'aucun autre pianiste ne pouvait approcher."

Vers la fin des années 1990, victime du syndrome de fatigue chronique, Keith Jarrett ne se produisait plus en plublic et a changé ensuite le format de ses concerts en les bâtissant à partir de séquences plus courtes. "Celui de Budapest est de ce type. Après des séries d’improvisations, comme toujours lors de ses concerts solos, les rappels sont consacrés à des standards de jazz. Et ici, ils sont à tomber."