Décès de Dorothy Masuka, légende du jazz sud-africain

La chanteuse de jazz sud-africaine, d'origine zimbabwéenne, Dorothy Masuka est morte à l'âge de 83 ans. Elle avait été contrainte à l'exil pendant 31 ans en raison de ses chansons engagées contre l'apartheid.

Décès de Dorothy Masuka, légende du jazz sud-africain
La chanteuse de jazz sud-africaine Dorothy Masuka en 1016 lors d'un concert au Cap en Afrique du Sud, © Getty / Lerato Maduna

Peu connue en Europe mais véritable légende en Afrique du Sud, Dorothy Masuka nous a quittés à l'âge de 83 ans. La chanteuse de jazz est morte des suites d'une attaque cardiaque, entourée par ses proches, a appris un porte-parole de la famille au quotidien sud-africain TimesLive

Née en 1935 en Rhodésie du Sud (Zimbabwe de nos jours), elle s'installe en Afrique du Sud à l'âge de 12 ans. Elle commence sa carrière à l'âge de 19 ans et en 1952, elle intègre un spectacle African and Jazz Variety qui tourne avec succès pendant 10 ans en Afrique du Sud. 

Dorothy Masuka devient très populaire mais le pouvoir commence à s'intéresser à elle dans les années 1960 lorsque ses chansons prennent un tour plus politique. Elle dénonce les conditions de vie de la population noire et critique l'apartheid. Sa chanson écrite en hommage à Patrice Lubumba, figure de l'indépendance du Congo belge et assassiné en 1961, la conduit à se faire bannir d'Afrique du Sud. 

Elle fuit en Zambie où son exil dure 31 ans. Ses chansons les plus connues sont écrites en langue ndebele ou sindebele, comme Hamba Nontsokolo, MaGumede, Khawuleza ou Suka Lapha.