Sonya Yoncheva adore Paris – en témoigne son premier album sous le label Sony Classical

Sortie CD le 13 janvier 2015 - L’amour de Sonya pour l’opéra français (et pour Paris) est à l’origine de son premier album : Paris, mon amour. Une voix chatoyante et une irrésistible personnalité, rayonnante d’élégance et de panache sur scène.

Sonya Yoncheva adore Paris – en témoigne son premier album sous le label Sony Classical
Sonya Yoncheva

Le 21 novembre 2013, une nouvelle étoile s’éleva au firmament du Metropolitan Opera de New York quand un public au bord de l’extase ovationna la splendide soprano lyrique bulgare Sonya Yoncheva après ses débuts dans le rôle de Gilda (Rigoletto ). Le New York Times salua « une artiste au seuil d’une immense carrière » dont la « voix somptueuse et pénétrante » exprimait toute « l’émotion frémissante et la sensualité » de la jeune héroïne de Verdi.

Ce triomphe était le couronnement d’un parcours sans faute sur les plus grandes scènes d’opéra et de concert d’Europe – et tout particulièrement en France, qui a véritablement adopté Sonya. Ce rapport chaleureux avec le public français et sa passion pour le répertoire français inspirent « Paris, mon amour », son premier album en contrat d’exclusivité sous le label Sony Classical.

Cette jeune artiste aux dons éblouissants est née en 1981 à Plovdiv, deuxième ville de Bulgarie, où elle étudie le piano et le chant. Elle remporte plusieurs concours prestigieux puis poursuit ses études vocales dans un environnement francophone au Conservatoire de Musique de Genève dont elle sort diplômée. Mais c’est en France qu’elle peaufine sa technique et son style et acquiert cette dernière touche d’élégance incontournable pour une jeune artiste dotée d’un potentiel aussi considérable. Elle s’immerge d’abord dans le répertoire baroque à l’académie du « Jardin des Voix » sous la direction de William Christie, et collabore à ses tournées internationales. L’autre étape majeure de ce perfectionnement est sa participation à l’académie d’été d’Aix-en-Provence, où son interprétation de Fiordiligi (Così fan tutte ) lui vaut le Prix spécial des Amis du Festival.

L’amour de Sonya pour l’opéra français (et pour Paris) est à l’origine d’un premier album dont le programme évoque tout le charme d’une « Belle Époque » (1871 – 1914) remarquable de raffinement, de romantisme et de fantaisie, une période où l’imagination était sans limite, et l’audace présente dans tous les domaines culturels. La « Belle Époque » convient parfaitement à sa voix chatoyante et à son irrésistible personnalité, rayonnante d’élégance et de panache sur scène.

Sonya Yoncheva adore Paris – en témoigne son premier album sous le label Sony Classical
Sonya Yoncheva adore Paris – en témoigne son premier album sous le label Sony Classical

Les airs d'Offenbach et de Massenet, dont les œuvres enchantèrent le public parisien de l’époque, illuminent le programme de cet album. L’artiste trouve dans ces extraits des Contes d’Hoffmann, d’Hérodiade, du Cid et de Thaïs une merveilleuse occasion de montrer toute l’étendue de son talent vocal et de son expression dramatique. Son aisance dans le registre médium lui permet de briller dans l’air final de Sapho (Gounod ), originellement composé pour mezzo-soprano. Grâce à son infatigable curiosité musicale, les passionnés d’opéra français pourront apprécier des œuvres de Lecocq et Messager, injustement tombées dans l’oubli. En complément de ce programme français, l’artiste présente les deux plus célèbres compositeurs italiens d’opéra de l’époque, qui connurent de mémorables succès à Paris. L’histoire de La Traviata (Verdi ) se déroule dans cette ville. Puccini, quant à lui, composa Le Villi et La bohème (son premier et son quatrième opéra) dans une Belle Époque à son apogée.

EXTRAIT
Massenet - Hérodiade, Act I, Scene 1: "Celui dont la parole...Il est doux, il est bon"

ACTUALITE

  • Elle renouera bientôt avec le répertoire mozartien à Munich (où elle chantera le rôle de Fiordiligi) et à Monte Carlo (où elle incarnera Donna Elvira)
    • Elle déploiera tout son talent de colorature dans le rôle de Violetta à la MET et aussi à Covent Garden.
    • Elle sera l’invitée des 22e Victoires de la musique Classique 2015, à Lille et sur France Télévision, le 2 février prochain.
    • Elle se produira à la Salle Gaveau pour un récital, à Paris le 6 février.

Plus d’infos__
En partenariat avec

sony logo
sony logo

Sur le même thème

Dates

le vendredi 27 février 2015