Prix France Musique - Sacem de la Musique de film 2015

Le 9ème prix France Musique - Sacem de la musique de film sera remis le vendredi 13 novembre 2015 à 20h à l’Auditorium de la Maison de la radio à Paris, au cours d’un concert de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Prix France Musique - Sacem de la Musique de film 2015
France musique sacem 2015

Réservez vos places pour le concert de musiques de film
"L'âge d'or des compostieurs hollywoodiens",
vendredi 13 novembre 2015 à l'Auditorium de la Maison de la radio

Au programme de cette soirée : des pièces de l’âge d’or du cinéma hollywoodien et la création de l’oeuvre de Marc Marder, lauréat 2014 du prix.

Dans l’histoire de la musique hollywoodienne, les années 30-40 représentent un moment unique, l’invention d’un son portée à son incandescence, au point qu’on a pu parler d’un âge d’or de la musique de film. Précisément, ce que les historiens appellent le son hollywoodien. La forme orchestrale domine, la science des timbres atteint le comble de son raffinement, les motifs épiques ou dramatiques culminent. Ce son est inventé par des musiciens qui, fuyant le nazisme et ses persécutions en Europe Centrale, arrivent dans les grands studios armés d’une technique imparable et d’un style qui s’adaptera parfaitement aux mystères insoupçonnés du cinéma parlant. Le premier de ces compositeurs c’est Erich Wolfgang Korngold, enfant prodige reconnu par Malher, Richard Strauss, Sibelius ou Puccini et musicien aguerri, qui nouera avec Michaël Curtiz une collaboration fameuse dont The Sea Hawk (L’Aigle des mers) est un des plus beaux fleurons.

Franz Waxman ou Miklos Rosza suivront très vite et leur travail trouvera également un aboutissement au cinéma, notamment dans le film noir ou dans le film d’aventure. Si on connaît le travail de ces compositeurs pour le grand écran, il ne faut jamais oublier qu’ils ont également écrit une œuvre riche et puissante en dehors du cinéma. Œuvres qui n’auront sans doute pas la reconnaissance qu’elles auraient méritée, tant la musique de film, encore considérée comme un art plus que mineur, a fait littéralement écran. Pourtant, avec le recul, on s’aperçoit que ce corpus mérite une vraie redécouverte comme en témoignent les œuvres méconnues et assez tardives (elles datent des années 60) que vous pourrez écouter ce soir : l’Ouverture d’un concert symphonique de Miklos Rosza et la Sinfonietta pour timbales et cordes de Franz Waxman. Surtout, on peut entendre qu’il n’y a, au fond, chez ces musiciens, qui ont transporté le son post-romantique européen dans le Nouveau Monde, aucune véritable rupture entre ce qu’ils pouvaient écrire pour le cinéma et en dehors du cinéma.

Dans cette génération brillante, reste un compositeur fondamentalement à part, j’ai nommé Bernard Herrmann. Américain, ami d’Aaron Copland et de Charles Ives, célèbre pour ses inquiétantes formules rythmiques et ses ostinati tournant à l’obsession, le compositeur favori d’Alfred Hitchcock avait pour ambition d’être chef d’orchestre (il dirigera d’ailleurs souvent ses propres œuvres et celles de compositeurs majeurs de l’histoire de la musique). Il sera finalement le plus grand compositeur ayant jamais travaillé pour le cinéma, du moins jusqu’aux années 60. Le Concerto Macabre, composé pour le fascinant film Hangover Square (1945) dont le héros est un assassin musicien qui exécute ses basses œuvres dans un Londres victorien et brumeux, est une de ses œuvres majeures. Il est écrit, dans un style lisztien, comme l’unique mouvement d’un concerto pour piano mais se rattache évidemment au grand fleuve de l’œuvre herrmanienne. Preuve, s’il en fallait, qu’il n’y a décidément pas de contradiction entre musique pour l’orchestre et musique pour l’écran.

Thierry Jousse

Programme musical :

Miklos Rozsa : Ouverture d’un concert symphonique
Franz Waxman : Sinfonietta pour cordes et timballes
Marc Marder : Pièces à conviction (création, commande de Radio France)
Bernard Herrmann : Concerto Macabre
Erich Wolfgang Korngold : Suite pour «L’aigle des mers»
Leonardo Hilsdorf, piano
Orchestre Philharmonique de Radio France

Marzena Diakun, direction

Après délibération du jury, le 9ème prix France Musique – Sacem de la musique de film est décerné au compositeur Amine Bouhafa pour le film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako.
Ce prix récompense une oeuvre sélectionnée parmi des films sortis l’année précédente, toutes esthétiques confondues. Le gagnant reçoit une commande de Radio France, créée et interprétée l’année suivante par l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Amine Bouhafa
Amine Bouhafa
timbuktu
timbuktu

Dans le domaine du cinéma, France Musique et la Sacem partagent la même passion pour la création musicale en remettant chaque année depuis 2006 le Prix France -Sacem de la musique de film.

Les artistes sélectionnés pour cette édition 2015 ---------------------

Pierre Adenot : La Belle et la Bête de Christophe Gans
Jean-Michel Bernard : Cadences Obstinées de Fanny Ardant
Amine Bouhafa : Timbuktu d’Abderrahmane Sissako
Le groupe Caravaggio : L’Amour est un crime parfait d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu
Alexandre Desplat : Grand Budapest Hotel de Wes Anderson
Grégoire Hetzel : La Chambre bleue de Mathieu Almaric
Le groupe Hit’n’Run : Les Combattants de Thomas Cailley
Hervé Lavandier : Minuscule - La vallée des fourmis perdues de Thomas Szabo et Hélène Giraud
Le groupe Low Entertainment : Hippocrate de Thomas Lilti
Laurent Petitgand : Le Sel de la terre de Julian Ribeiro Salgado et Wim Wenders
Philippe Rombi : Une Nouvelle amie de François Ozon
Béatrice Thiriet : Bird People de Pascale Ferran

Composition du jury 2015 ------------------------------------------------------

Pierre Charvet, compositeur et Directeur adjoint de France Musique
Robin Coudert, compositeur
Thierry Jousse, producteur à France Musique, cinéaste, critique
Marc Marder, compositeur et lauréat 2014 du prix France Musique-Sacem
Laurent Petitgirard, compositeur, Président du Conseil d’Administration de la SACEM et Président du Jury
Patrick Sigwalt, compositeur et secrétaire général de l’UCMF
Marc Voinchet, directeur de France Musique

Zoom sur les précédents lauréats ---------------------------------------------

2014 / Marc MARDER pour L’image manquante de Rithy Pahn
2012 / Paweł Mykietyn pour Essential Killing de Jerzy Skolimowski
2011 / Bruno Coulais pour Au fond des bois de Benoît Jacquot
2010 / Carlo Crivelli pour Vincere de Marco Bellochio
2009 / Leo Sujatovich pour Telepolis d’Esteban Sapir
2008 / Gabriel Yared pour Par effraction d’Anthony Minghella
2007 / Franco Piersanti pour Le Caïman de Nanni Moretti
2006 / Alberto Iglesias pour The Constant Gardener de Fernando Meirelles

Sur le même thème

Dates

le vendredi 13 novembre 2015