L’Avant-Scène Opéra n° 320 : La Mort à Venise de Benjamin Britten

L’Avant-Scène Opéra consacre son numéro de janvier-février 2021 à "Death in Venice", opéra de Benjamin Britten d'après le récit de Thomas Mann. Dans cette revue, guide d’écoute, études, discographie et vidéographie comparées offriront au mélomane toutes les clés pour mieux appréhender cette œuvre.

L’Avant-Scène Opéra n° 320 : La Mort à Venise de Benjamin Britten
L’Avant-Scène Opéra n° 320 : La Mort à Venise (Britten). En couverture : mise en scène de David McVicar, ROH Covent Garden, Londres 2019., © Clive Barda / ArenaPAL

Dernier opéra de  Benjamin Britten, Death in Venice (La Mort à Venise) est créé à Aldeburgh en 1973, trois ans avant la mort du compositeur. La dimension testamentaire de l’ouvrage vient aussi de son sujet, la nouvelle de Thomas Mann parue en 1913, dans laquelle un écrivain en quête d’inspiration a rendez-vous tout à la fois avec l’amour, la beauté et la mort dans la Cité des doges. 

Benjamin Britten à la Red House, son domicile à Aldeburgh, en février 1976. Photo : Nigel Luckhurst.
Benjamin Britten à la Red House, son domicile à Aldeburgh, en février 1976. Photo : Nigel Luckhurst., © Britten Pears Arts

Le n° 320 que L’Avant-Scène Opéra lui consacre offre au mélomane toutes les clés pour mieux appréhender, comprendre et savourer cet opéra. 

Le cœur du volume est constitué par le Guide d’écoute de Jean-François Boukobza : disposé en regard du livret original (en anglais) et de sa traduction française, illustré de nombreuses photos de productions, il permet de suivre l’action et la musique scène à scène. 

Plusieurs études complètent cette analyse d’un panorama plus global. Laurent Bury présente la librettiste Myfanwy Piper ; Chantal Cazaux, la dramaturgie des personnages ; Gilles Couderc, les deux interprètes créateurs des rôles principaux ( Peter Pears  et  John Shirley-Quirk ) ; Pierre Rigaudière, la façon dont le gamelan balinais a influencé Britten (notamment pour la musique associée au personnage de Tadzio) ; enfin, Delphine Gachet décrit la « légende noire » de Venise qui a nourri pendant plus d’un siècle l’imaginaire romantique et décadent. 

Derniers outils : une discographie et une vidéographie comparées (par Pierre Flinois et Jean-Charles Hoffelé) guident le lecteur dans sa découverte de l’œuvre au disque ou à l’écran.

Matthias Klink (Aschenbach), Georg Nigl (le Gérant de l'hôtel) et David Moore (Apollon), mise en scène de Demis Volpi, Staatsoper Stuttgart 2018.
Matthias Klink (Aschenbach), Georg Nigl (le Gérant de l'hôtel) et David Moore (Apollon), mise en scène de Demis Volpi, Staatsoper Stuttgart 2018., © Stuttgart Ballet

La Mort à Venise (Britten) / L’Avant-Scène Opéra n° 320 (janvier-février 2021)
ISBN 978-2-84385-373-9
144 p., couleur, 28 €

Pour aller plus loin

Dates

le mercredi 13 janvier 2021