[Jeu terminé] Musique face à la guerre : le concert de l'Orchestre de chambre de Paris et Benjamin Grosvenor à la Cité de la musique

Gagnez vos places pour le concert du pianiste Benjamin Grosvenor et l'Orchestre de chambre de Paris, dirigé par Thomas Zehetmair, à la Cité de la musique le dimanche 16 novembre à 16h30.

[Jeu terminé] Musique face à la guerre : le concert de l'Orchestre de chambre de Paris et Benjamin Grosvenor à la Cité de la musique
Benjamin Grosvenor © Patrick Allen

{% embed qualifio FE328E47-AE5A-6BD1-2074-2F7D35618FDB" id="qualifio95867" width="100%" height="485" scrolling="auto" frameborder="0" hspace="0" vspace="0" style="overflow-x: hidden;"> %}

AVEC
Orchestre de chambre de Paris
Thomas Zehetmair
, direction
Benjamin Grosvenor, piano

Seul pianiste britannique à avoir signé, depuis un demi-siècle, un contrat d’enregistrement avec Decca, Benjamin Grosvenor se révèle comme l’un des interprètes les plus racés de la musique française. Véritable phénomène, il met la virtuosité et la musicalité de son jeu au service des compositeurs qu’il aime par-dessus tout : Liszt, Saint-Saëns et Ravel…

PROGRAMME
♪Dubois : In memoriam mortuorum
♪Ravel : Concerto pour piano en sol majeur
♪Manoury : Trauermärsche, création
♪Beethoven : Symphonie no 3 « Héroïque » en mi bémol majeur

Ce sont des conflits historiques qui résonnent dans les oeuvres que dirige Thomas Zehetmair à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris. On entend la Première Guerre mondiale dans le Chant élégiaque que Théodore Dubois dédiait en 1916 à la mémoire des morts.
Et à l’arrière-plan de la Troisième Symphonie de Beethoven, dite « Héroïque », il y a les guerres napoléoniennes. Le compositeur dédia tout d’abord sa partition à Napoléon Bonaparte, qu’il admirait comme le libérateur de l’Europe. Mais, lorsque celui-ci se fit couronner empereur en 1804, Beethoven s’exclama : « Maintenant il va… devenir un tyran ! »
Si le Concerto pour piano en sol majeur de Ravel, créé en 1932, est d’un brio plus serein (avec ses accents jazzistiques ou mozartiens), la nouvelle oeuvre de Philippe Manoury promet d’explorer d’autres résonances du genre de la marche funèbre (Trauermarsch ), dans lequel s’inscrivait déjà le second mouvement de l’Héroïque.


Plus d'infos

Sur le même thème

Dates

du 05 au 16 novembre 2014