Exposition Delacroix et l’Antique au Musée national Eugène-Delacroix

Du 9 décembre 2015 au 7 mars 2016 découvrez l'exposition Delacroix et l’Antique au Musée national Eugène-Delacroix (Paris).

Exposition Delacroix et l’Antique au Musée national Eugène-Delacroix
Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863), Léda et le cygne. 1834. Fresque. H. 62,5 ; L. 88 cm. Paris, musée national Eugène-Delacroix, MD 1992-3 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot

L’exposition présente des dessins et des peintures de Delacroix au regard des moulages choisis par le peintre pour le décor de la façade de son atelier, des ouvrages et des textes qui sont à l’origine de ce choix. Un ensemble d’autographes et de manuscrits permettront de montrer la part théorique comme la part sensible prise par l’art antique dans la conception de cet artiste romantique.

En prenant pour point de départ le décor de la façade de l’atelier, conçu par Eugène Delacroix lors de son installation rue de Fürstenberg, cette exposition, organisée en lien avec le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre, explore pour la première fois la relation étroite que l’artiste entretint avec l’art antique ─ liens qui ont jusqu’à aujourd’hui fait l’objet de peu d’études.
Ce décor intime, toujours conservé aujourd'hui, offre de souligner la permanence de son intérêt pour l'antiquité grecque et romaine, comme l'originalité du point de vue de Delacroix.

Façade de l’atelier d’Eugène Delacroix sur le jardin. Paris, musée national Eugène-Delacroix © Musée du Louvre / Antoine Mongodin / Dist. RMN - Grand Palais
Façade de l’atelier d’Eugène Delacroix sur le jardin. Paris, musée national Eugène-Delacroix © Musée du Louvre / Antoine Mongodin / Dist. RMN - Grand Palais

Grâce à des prêts exceptionnels de la Bibliothèque nationale de France, du département des Monnaies et médailles notamment, du British Museum, des musées français, des départements des Antiquités grecques, étrusques et romaines, des Arts graphiques, des Peintures du Louvre, cette exposition inédite offre de présenter un Delacroix moins connu, tout en valorisant les lieux du musée euxmêmes, derniers appartement et atelier du grand peintre.

Commissaire de l’exposition : Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée national Eugène-Delacroix, assistée de Jessica Watson, en lien avec le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.

Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863), Feuille de douze médailles antiques. 1825. H. 24 ; l. 30,5 cm. Paris, musée national Eugène-Delacroix, MD 2002-35. Delteil 47, 2e état © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski
Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863), Feuille de douze médailles antiques. 1825. H. 24 ; l. 30,5 cm. Paris, musée national Eugène-Delacroix, MD 2002-35. Delteil 47, 2e état © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski
Roger Fenton (Bury, 1819 – Potters Bar, 1869), The Discusthrower. 1857. Épreuve sur papier salé à partir d’un négatif verre au collodion. H. 76 ; l. 71 cm. Londres, The British Museum, CE114/1009 © The Trustees of the British Museum
Roger Fenton (Bury, 1819 – Potters Bar, 1869), The Discusthrower. 1857. Épreuve sur papier salé à partir d’un négatif verre au collodion. H. 76 ; l. 71 cm. Londres, The British Museum, CE114/1009 © The Trustees of the British Museum

Delacroix s’installa rue de Fürstenber g en 1857 ; il eut la possibilité de faire construire, dans le jardin dont il avait l’usage, un atelier de belles dimensions. Pour son seul agrément, il choisit d’orner la belle façade sur le jardin, rythmée à l’image de celles des demeures néoclassiques anglaises, de moulages d’oeuvres antiques.
Associant Athènes et Rome, les luttes menées par Thésée et l’harmonie offertes par les beaux-arts, l’instant du combat et l’éternité de la création artistique, cette façade du dernier atelier du peintre compose une sorte de programme intime, en hommage à l’Antiquité secrète de Delacroix. L’artiste avait, après six tentatives infructueuses, été élu à l’Académie des beaux-arts en ce début 1857.
Le nouvel académicien, qui s’était formé hors du cursus académique, prit cette nouvelle position très à coeur et cette élection avait renouvelé son intérêt théorique pour l’art antique. Son installation place de Fürstenberg coïncida avec l’entreprise de la rédaction d’un Dictionnaire des beaux-arts, fondé sur les réflexions antérieures du Journal et de ses articles.

Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863), Études de têtes d’après l’une des lithographies de médailles (oeuvre non exposée). 1825. Plume et encre brune sur papier. H. 12,4 ; l. 16,5 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts gr
Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863), Études de têtes d’après l’une des lithographies de médailles (oeuvre non exposée). 1825. Plume et encre brune sur papier. H. 12,4 ; l. 16,5 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts gr

INFOS PRATIQUES
Musée national Eugène Delacroix
6, rue de Fürstenberg ‐ 75006 Paris

Métro : Saint‐Germain‐des‐Prés (ligne 4) / Mabillon (ligne 10)
Bus : 39, 63, 70, 86,95, 96.
Station Vélib : 141 boulevard Saint‐Germain

Renseignements :
Tél. 01 44 41 86 50
www.musee‐delacroix.fr

Dates

du 07 décembre 2015 au 07 mars 2016