Classica n°228 - Décembre 2020 / Janvier 2021 : Camille Saint-Saëns, un destin incroyable

Pour cette fin 2020 et ce début 2021, Classica vous propose un numéro spécial anniversaire. Au sommaire notamment: l’incroyable destin de Camille Saint-Saëns, un entretien avec le pianiste Nikolaï Lugansky, et Le Concert du Nouvel An qui fête ses 80 ans !

Classica n°228 - Décembre 2020 / Janvier 2021 : Camille Saint-Saëns, un destin incroyable
Classica n°228 - Décembre 2020 / Janvier 2021 : Camille Saint-Saëns, un destin incroyable

Édito

Si près sont ces Six

Un anniversaire en chasse un autre. Avec un brin d’amertume pour celui que l’on s’apprête à clôturer. Beethoven, que le monde musical n’a pu honorer comme il en avait l’intention, est « l’une des plus grandes victimes du coronavirus », confie Nikolaï Lugansky dans ce numéro. On pense à ces intégrales de symphonies, de quatuors, de sonates englouties par le virus, avec leurs interprètes laissés sur le chemin. On imagine quel feu de joie aurait dû embraser cette célébration des 250 ans, et combien le message du grand sourd, foi en l’homme, triomphe de la volonté, aurait gagné à être entendu et entonné à tue-tête dans l’horizon gris que nous traversons. 

Gageons que la fête à Saint-Saëns bénéficiera d’un ciel plus clément en 2021, cent ans après sa disparition. On l’a un peu oublié, mais 2020 aurait également dû commémorer le centenaire du groupe des Six, sa constitution officielle tout au moins, tant le règne de la bande formée par Auric, Durey, Honegger, Milhaud, Poulenc et Tailleferre fut bref. Qu’en reste-t-il ? Un état d’esprit avant tout, le goût du tacle, la légèreté rebelle d’un Paris perdu, entre gaudriole et surréalisme. Dans un petit bouquin éclairant*, Pierre Brévignon dissèque les origines, l’esthétique, les stratégies puis l’éclatement de « l’entité Six », dont Satie fut le parrain et Cocteau le pivot et chef d’orchestre, communicant hors pair épris surtout de sa propre gloire et qui ne sort pas vraiment grandi de ces pages. 

On y traverse aussi le Paris artistique contemporain de la Grande Guerre, coupé entre le sacrifice de ceux qui sont au front et ceux qui n’y sont pas, le besoin d’oublier en dépit de tout, de rire, de grimacer du tragique, du cauchemar de la vaste boucherie à cent cinquante kilomètres de la capitale, avec son couvre-feu et ses « conditions de travail précaires […] obligeant les artistes à rivaliser d’imagination pour pallier la fermeture des institutions artistiques officielles… » 

Les individualités des Six ont toujours écrasé, par la qualité et la quantité, le maigre produit de leur rencontre : deux opus seulement, l’Album des Six et Les Mariés de la tour Eiffel ! Pourtant, cent ans plus tard, quel remède, vif et bien contemporain, contre la morosité ! ◆ Jérémie Rousseau

Sommaire

L'actualité

Arrêt sur image
Un grand amour de Beethoven
La petite musique d’Éric-Emmanuel Schmitt
L’inachèvement chez Mozart
Planète musique
Entretien avec Raymond Duffaut, Ricercar fête ses 40 ans, 3 questions à Patrice Martinet…
Les Introuvables de Classica
Le charme déluré de la bourgeoisie
L’humeur d’Alain Duault
Qu’est-ce qui est essentiel ?
Sortir
Jonas Kaufmann au TCE à Paris, Joyce DiDonato à l’Auditorium de Lyon…
À voix haute
La chronique de Benoît Duteurtre
On a vu
Dienstag aus Licht à la Philharmonie de Paris, La Dame de pique à Marseille…

Le magazine

En couverture
L’extraordinaire destin de Camille Saint-Saëns
Le questionnaire Bellamy
Caroline Proust
Entretien
Nikolaï Lugansky aux portes de la perception
Anniversaire
Les 80 ans du Concert du Nouvel An
Le coup de gueule d’Alain Lompech
Je hais l’idée d’avoir à parler encore…
L’écoute en aveugle
Jules César de Haendel
Shopping
Fêtez Noël en musique
Rencontre
Élisabeth Platel, seize ans à la barre
Bonnes feuilles
La Discothèque idéale de France Musique
L’univers d’un musicien
Emmanuel Pahud à bord du Berlin Express

Le guide

  • Les CHOCS du mois 
  • Les disques du mois 
  • Les DVD du mois 
  • Hi-fi 
  • Le jazz 
  • Jeux

À retrouver sur France Musique

RELAX !  par Lionel Esparza
Du lundi au vendredi | 15h > 17h

MUSIQUE MATIN  par Jean-Baptiste Urbain
Mardi 1er décembre | 7h40

La Discothèque Idéale de France Musique

Pour aller plus loin

Dates

le vendredi 27 novembre 2020