Vous avez dit classique ? Chiche !
Programmation musicale
Dimanche 29 novembre 2020
1h 58mn

Radu Lupu ou l’art de l’interprétation

Le pianiste Radu Lupu fête ses 75 ans le 30 novembre. C’est une légende vivante. On l’appelle d’ailleurs communément par son prénom tellement il est unique. Au disque, son répertoire est principalement dédié à Schubert, Beethoven, Schumann et Brahms.

Radu Lupu ou l’art de l’interprétation
Le pianiste Radu Lupu à Carnegie Hall en 2013, © Getty / Photo by Hiroyuki Ito/Getty Images

En plus d’être un grand pianiste, Radu Lupu est un interprète au sens le plus noble du terme, capable d’exprimer des mondes poétiques constamment renouvelés. Pour Schumann, que de couleurs et de tendresse dans ses pianissimi. Il aime aussi déployer une grande plénitude sonore qui convient à merveille au déferlement des passions brahmsiennes par exemple. Toujours avec un grand sens de la construction et un clavier orchestral. Son répertoire est principalement dédié à Schubert, Beethoven, Schumann, Brahms, ses compositeurs-fétiches auxquels il n’a cessé de revenir tout au long de sa carrière. Et c‘est à Franz Schubert que l’on pense tout de suite pour Radu Lupu. Avec une sensibilité à fleur de peau et un contrôle magistral des couleurs sonores, il vous emmène dans un univers où le temps est suspendu. 

Radu Lupu est né le 30 Novembre 1945 en Roumanie, à Galatsi. Il commence le piano à l'âge de six ans et donne son premier concert à douze ans avec un programme qui ne contient que des pièces de sa propre composition. Une des professeurs l’emmène chaque semaine aux concerts de l’orchestre local. Il observe, il absorbe. Il y a quelque chose d’autodidacte dans sa formation dira-t-il plus tard. Même s’il passe par la classe de la professeur du pianiste Dinu Lipatti à Brasov. A 16 ans, il obtient une bourse pour aller étudier à Moscou. D’abord auprès d‘une grande pédagogue du piano, Galina Eguiazarova. Radu Lupu entre ensuite dans la classe du célèbre professeur Heinrich Neuhaus, puis de son fils Stanislav. De 1967 à 1970, il remporte trois Premiers Grands Prix internationaux : celui du concours Van Cliburn aux Etats-Unis en 1967, où la pianiste espagnole, Alicia de Larrocha dans le jury, déclare que c’est un génie. Et en 1970, celui du concours Enesco à Bucarest et celui du concours de Leeds qui le lance définitivement. Il s’installe alors à Londres.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Programmation musicale :

Robert Schumann,

Kinderszenen (Scènes d’enfant) op.15 :
7. Träumerei (Rêverie)

Radu Lupu piano
DECCA 440 496-2

Johannes Brahms,

Rapsodie en sol mineur op 79 nº2

Radu Lupu, piano
DECCA 411 934-2

Franz Schubert,

Impromptu en la bémol Majeur op posth 142 n°2,
D 935 n°2

Radu Lupu, piano
DEUTSCHE GRAMMOPHON 482 740-2

Frédéric Chopin,

Nocturne nº15 en fa mineur op 55 nº1

Heinrich Neuhaus, piano
HPC HISTORICAL PIANO COLLECTION HPC 066

Edvard Grieg,

Concerto pour piano en la mineur op 16 :
1er mouvement. Allegro molto moderato

Radu Lupu, piano
Orchestre Symphonique de Londres
direction : André Previn
DECCA 417 728-2

Franz Schubert – d’après Johann Wolfgang von Goethe,

Gretchen am Spinnrade (Marguerite au rouet) D 118

Barbara Hendricks, soprano
Radu Lupu, piano
WARNER (EMI) CLASSICS 7 54909 2

Wolfgang Amadeus Mozart,

Sonate pour 2 pianos en ré Majeur KV 448 :
1er mvt. Allegro con spirito

Radu Lupu, Murray Perahia, pianos
SONY CLASSICAL 88875183392-4

Johannes Brahms,

Intermezzo en la Majeur op 118 n°2

Radu Lupu, piano
DECCA 417 599-2

Franz Schubert,

Marche militaire en ré Majeur op 51, D 733 nº1. Allegro

Daniel Barenboim, Radu Lupu, piano à 4 mains
TELDEC 0630-17146-2

Ludwig van Beethoven,

Concerto pour piano n°3 en ut mineur op 37 :
2ème mvt. Largo

Radu Lupu, piano
Orchestre Philharmonique d’Israël
direction : Zubin Mehta
DECCA 448 000-2

Franz Schubert,

Moment musical en fa mineur op 94 nº3, D 780 nº3.
Allegro moderato

Radu Lupu, piano
DECCA 417785-2

Franz Schubert,

Impromptu en sol bémol Majeur op 90 n°3, D 899 n°3

Radu Lupu, piano
DECCA 411 711-2

L’intégrale des enregistrements de Radu Lupu
est parue chez Decca, 28 CD réf. 478 8772

Cordes sensibles :

Emilio Pujol,

Evocation cubaine (Guajira)

Ida Presti, guitare
RCA RED SEAL 74321 25866 2

Jean-Sébastien (Johann Sebastian) Bach,

Sonate n°2 pour violon seul en la mineur BWV 1003 :
Andante

Ida Presti, guitare
Archive Ina.
Existe au disque : RCA RED SEAL 74321 25866 2

Ida Presti,

Danse rythmique

Alexandre Lagoya, guitare
RCA RED SEAL 74321 25866 2

Manuel de Falla / transcription Alexandre Lagoya,

1ère Danse de La Vie brève

Ida Presti, Alexandre Lagoya, guitares
RCA RED SEAL 74321 25866 2

Niccolo Paganini,

Grande sonate en la Majeur pour violon et guitare
– arrangement pour guitare :
Romance

Ida Presti, guitare
Archives familiales d’Ida Presti

Pierre-Petit,

Toccata pour 2 guitares

Ida Presti, Alexandre Lagoya, guitares
PHILIPS 446 213-2

Ouvrage cité par Marina Chiche :

Anne Marillia et Elisabeth Presti : Ida Presti, sa vie, son art
Editions Berben

.
.
L'équipe de l'émission :