Vous avez dit classique ? Chiche !
Programmation musicale
Dimanche 6 juin 2021
1h 58mn

Napoléon en musique

A l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, nous revenons sur les compositeurs qui se sont laissés inspirer par l'Empereur, qui déchaîne fascinations et déceptions. De Beethoven à Fauré, nombreux sont les artistes à mettre en musique victoires et défaites napoléoniennes.

Napoléon en musique
Napoleon Bonaparte (1769 - 1821) passe en revue les grenadiers de la Garde Impériale, 01 juin 1811, Paris, © Getty / Gravure d'Augustin Burdet, d'après un original d'Auguste Raffet

Du vivant de Napoléon et bien après sa mort, l'Empereur inspire les compositeurs. Beethoven ne fait pas exception. D'abord admirateur de Napoléon Bonaparte, il renie plus tard son héros et en vient à composer la Bataille de Wellington qui célèbre la défaite de l'Empereur face aux troupes du duc de Wellington, à Vitoria. L'oeuvre, donnée pour la première fois à Vienne en décembre 1813 - c'est à dire six mois après la défaite - , est en deux mouvements : dans le premier intitulé "la Bataille", on entend les deux camps : d’abord les préliminaires de la bataille, avec roulements de tambours et de trompettes, puis le temps de la bataille avec trompettes qui se répondent et coups de canon. Le tempo accélère avant que le thème français ne se fasse entendre une dernière fois, comme disloqué, détruit.

70 ans plus tard, Piotr Illitch Tchaikovsky compose son Ouverture 1812 qui commémore la victoire russe lors de la campagne napoléonienne de Russie. En 1921, c’est Gabriel Fauré qui écrit un Chant funéraire pour le centenaire de la mort de Napoléon 1er. Il transcrit d'ailleurs cette œuvre pour violoncelle et piano afin d'en faire le mouvement central de sa Deuxième Sonate pour violoncelle et piano, créée l’année suivante. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

De son temps, Napoléon croise plusieurs musiciens, notamment des instrumentistes. Il rencontre ainsi le violoniste Pierre Rode, un des pères fondateurs de l’école de violon français, professeur au Conservatoire de Paris. En 1812, Napoléon rencontre le violoncelliste Jean-Louis Duport. Leur entrevue est restée celèbre : on raconte que Napoléon, en essayant le violoncelle, aurait laissé des traces sur l’instrument avec ses bottes. Le Stradivarius légendaire atterrira dans les mains d’un autre immense violoncelliste : Mstislav Rostropovitch.

Programmation musicale

Zoltan Kodaly
Hary Janos Suite op 35a : 5, Intermezzo
Orchestre de Cleveland
George Szell, direction
CD Sony Classical

Ludwig van Beethoven
Wellingtons Sieg oder die Schlacht bei Vittoria Hess op 91 : 1, Schlacht, pour orchestre Orchestre d'Etat du Brandbourg de Francfort-sur-l'Oder
Howard Griffith, direction
CD Klanglogo

Piotr Illitch Tchaïkovski
Ouverture solennelle 1812 en mi bémol Maj op 49
Orchestre Philharmonique de Berlin
Claudio Abbado, direction
CD Deutsche Grammophon

Jean-Louis Duport
Duo op 1 n°2 en ré maj : Allegro molto
Frédéric Lodéon, violoncelle
Xavier Gagnepain, violoncelle
CD Erato

Hortense Reine de Hollande
Adieux d'une mère à son fils pour soprano et piano
Sabine Devieilhe, soprano
Daniel Isoir, piano
CD Muso

Ludwig van Beethoven
Concerto n°5 en mi bémol maj op 73 (l'Empereur) : Adagio un poco mosso
Leon Fleisher, piano
Orchestre de Cleveland
George Szell, direction
CD Epic

Ludwig van Beethoven
Concerto n°5 en mi bémol maj op 73 (l'Empereur) : Rondo
Leon Fleisher, piano  
Orchestre de Cleveland  
George Szell, direction  
CD Epic

Gioacchino Rossini / Marceline Desbordes-Valmore
Le saule pleureur
Françoise Masset, soprano
Nicolas Stavy, piano
CD Solstice

Gabriel Fauré
Sonate n°2 en sol min op 117 pour violoncelle et piano : Andante
Steven Isserlis, violoncelle
Pascal Devoyon, piano
CD RCA

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°3 en mi bémol maj op 55, Marcia funebre : Adagio assai
Orchestre de Chambre d'Europe
Nikolaus Harnoncourt, direction
CD Teldec

Cordes sensibles

Ludwig van Beethoven
Sonate pour violon et piano n°4 en la min op 23 : 1, Presto
Gidon Kemer, violon
Martha Argerich, piano
CD DGG

Serge Prokofiev
Sonate pour violon et piano n°2 en ré maj op 94bis, 2 : Scherzo, Presto
Gidon Kemer, violon  
Martha Argerich, piano  
CD DGG

Serge Prokofiev
Sonate pour violon et piano n°2 en ré maj op 94bis, 3 : Andante
Gidon Kemer, violon   
Martha Argerich, piano   
CD DGG

Robert Schumann
Sonate pour violon et piano n°2 en ré min op 121 : 4, Bewegt
Gidon Kemer, violon   
Martha Argerich, piano    
CD DGG

Variation im Stil von Filmmusik
Happy Birthday
Kremerata Baltica
Gidon Kremer, direction
CD Nonesuch

L'équipe de l'émission :