Vous avez dit classique ? Chiche !
Programmation musicale
Dimanche 18 avril 2021
1h 58mn

Les mille et une facettes de Leonard Bernstein

Leonard Bernstein (1918-1990), pianiste, compositeur, chef d’orchestre et passeur musical, s’est attaché à faire entrer la musique de Mahler dans le grand répertoire. Il a aussi fait connaître les œuvres de ses contemporains américains. Lui-même a connu la gloire la plus large avec West Side Story.

Les mille et une facettes de Leonard Bernstein
Leonard Bernstein, compositeur, chef d'orchestre et pianiste, passeur musical (Lawrence (Massachusetts), 25 août 1918 – New York, 14 octobre 1990), © Photo by Clive Barda / Deutsche Grammophon

L’Ouverture de Candide de Leonard Bernstein est une introduction formidable d’invention et d‘énergie à son opérette et à la personnalité géniale de ce compositeur, chef d’orchestre et pianiste. Si Bernstein électrisait les foules, avec sa direction enflammée, capable de sauter à un mètre du sol, la mèche dans les yeux, il était aussi un musicien aux connaissances encyclopédiques - sur la musique et sur bien d’autres choses, et un vrai chef d’orchestre. Pour la composition, Bernstein s’est formé auprès de Walter Piston et a échangé avec Aaron Copland. Il a aussi étudié avec Nadia Boulanger qui lui révéla ses dons de passeur musical en lui communiquant son amour de l’enseignement, de la transmission. Les « Lectures de Harvard » de Bernstein ont eu un succès retentissant, ainsi que ses émission de télé « Young People’s Concerts » (Concerts pour les jeunes).

Né en 1918 aux Etats-Unis, dans une famille qui n’était pas musicienne, sa vocation passe d’abord par le piano qu’il étudiera au Curtis Institute, puis la composition. Sa première rencontre avec la direction musicale a lieu lorsque le chef Dimitri Mitropoulos est de passage à Harvard en 1937.  Bernstein, alors étudiant à l’Université assiste à toutes les répétitions du célèbre chef grec, deux semaines durant. Puis il étudie auprès de deux autres grands chefs : Sergei Koussevitzky à Boston, homme chaleureux qui le prendra sous son aile, et le redoutable Fritz Reiner à Philadelphie qui  enseignait avec beaucoup de dureté. La légende Bernstein - le wonderboy de la direction, commence officiellement le 14 Novembre 1943. A 25 ans, il est chef assistant du New York Philharmonic et il doit remplacer au pied levé Bruno Walter souffrant. La veille, Bernstein a fait la fête toute la nuit, jouant du boogie-woogie jusqu’à l‘aube. Au programme de ce concert à Carnegie Hall, à 15h : Schumann, Rozsa et Don Quichotte de Richard Strauss. Le succès est au rendez-vous et son père accepte enfin sa vocation de musicien. En 1958, Leonard Bernstein devient le premier Américain directeur musical du New York Philharmonic. Son nom est souvent associé à la musique de Mahler qu’il a notablement contribué à faire entrer dans le répertoire des orchestres internationaux. Pour Bernstein, « Ce n’est pas un seul homme qui a composé cette musique, mais les différents hommes qui constituent Mahler : le juif, le chrétien, le croyant, le sceptique, le vulgaire, le raffiné, l’homme du monde viennois… »

Programmation musicale :

Leonard Bernstein,

Candide :
Ouverture

Orchestre Symphonique de Londres
direction : Leonard Bernstein
DEUTSCHE GRAMMOPHON 447 958-2

Richard Strauss,

Don Quichotte op 35 TrV 184 :
Introduction

Orchestre Philharmonique de New York
direction : Leonard Bernstein
SONY CLASSICAL SMK 47625

Gustav Mahler,

Symphonie n°1 en Ré Majeur, « Titan » :
3ème mvt. Feierlich und gemessen ohne zu schleppen
(Solennel et mesuré, sans trainer)

Orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam
direction : Leonard Bernstein
RCO LIVE RCO 08005/10

George Gershwin / orchestration Ferde Grofé,

Rhapsody in Blue

Leonard Bernstein, piano et direction
Orchestre Philharmonique de New York
CBS MYK 42611

Nadia Boulanger,

Vers la vie nouvelle

Emile Naoumoff, piano
SAPHIR PRODUCTIONS LVC 001015

Leonard Bernstein / d’après Piotr Ilitch Tchaïkovski,

Analyse musicale de la Symphonie n°6, « Pathétique » de Tchaikovski :
« Jumping now to the famous third movement ...» (« Sautons maintenant au fameux 3ème mouvement… »)

Leonard Bernstein, commentaire, piano et direction
Orchestre Symphonique du Stadium de New York
DEUTSCHE GRAMMOPHON 00289 479 5759

Piotr Ilitch Tchaïkovski,

Symphonie n°6 en si mineur op 74, « Pathétique » :
3ème mvt. Allegro molto vivace

Orchestre Symphonique du Stadium de New York
direction : Leonard Bernstein
DEUTSCHE GRAMMOPHON 00289 479 5759

Gustav Mahler,

Symphonie n°5 en ut dièse mineur :
1er mvt. Trauermarsch (Marche funèbre)

Orchestre Philharmonique de Vienne
direction : Leonard Bernstein
DEUTSCHE GRAMMOPHON 431037-2

Leonard Bernstein / orchestration Bernstein, Sid Ramin et Irwin Kostal,

Danses symphoniques de West Side Story :
1. Prologue. Allegro moderato
2. "Somewhere". Adagio
4. Mambo. Presto

Orchestre Philharmonique de New York
direction : Leonard Bernstein
SONY CLASSICAL SMK 63085

Leonard Bernstein / orchestration Bernstein, Sid Ramin et Irwin Kostal,

Danses symphoniques de West Side Story :
4. Mambo. Presto

Orchestre Philharmonique de Los Angeles
direction : Leonard Bernstein
DEUTSCHE GRAMMOPHON 469 831-2

Cordes sensibles :

Maurice Ravel,

Concerto pour piano et orchestre en sol Majeur :
1er mouvement. Allegramente

Leonard Bernstein, piano et direction
Orchestre National de France
WARNER CLASSICS 0190295689544/6

Robert Schumann,

Quintette pour piano et cordes en mi bémol Majeur op 44 :
1er mvt. Allegro brillante

Leonard Bernstein, piano
Quatuor Juilliard, quatuor à cordes :
Robert Mann, Isidore Cohen, violons
Raphael Hillyer, alto
Claus Adam, violoncelle
CBS MPK 44848

Dmitri Chostakovitch,

Concerto pour piano et orchestre nº2 en mi Majeur op 102 :
2ème mvt. Andante

Leonard Bernstein, piano et direction
Orchestre Philharmonique de New York
CBS 50 DC 385

Maurice Ravel,

Concerto pour piano et orchestre en sol Majeur :
3ème mvt. Presto

Leonard Bernstein, piano et direction
Orchestre National de France
WARNER CLASSICS 0190295689544/6

L'équipe de l'émission :