Vous avez dit classique ? Chiche !
Programmation musicale
Dimanche 4 avril 2021
1h 58mn

Joyeuses Pâques en musique!

Oeuvres sacrées et profanes s'allient, où sont évoquées aussi bien les cloches de Pâques que l'expression de la résurrection. C’est encore l’occasion d’interroger notre perception du temps. Un temps qui va parfois se suspendre à l’infini… Idéal pour méditer en musique.

Joyeuses Pâques en musique!
Joyeuses Pâques en musique!, © Getty / Photo by Fiona McAllister Photography

Jan Dismas Zelenka (1679-1745), compositeur de Bohème, était surnommé « le Bach des catholiques ». Contemporain du cantor de Leipzig, ils se connaissaient personnellement. Zelenka compose sa Messe de Pâques en 1726. Bach avait écrit un an plus tôt une cantate profane qu’il réutilisera environ un mois plus tard avec notamment un texte modifié pour la célébration du dimanche pascal. Cette oeuvre deviendra 10 ans après l’Oratorio de Pâques. Le 2e mouvement, purement instrumental, est une méditation sacrée marquée par la sonorité si mélancolique et expressive du hautbois d’amour. Mais Pâques, c’est l’annonce du retour à la vie du Christ, et dans l’opéra de Berlioz, Faust interrompt son funeste projet de se donner la mort en entendant au dehors des villageois en procession chanter « Christ vient de ressusciter ». Pâques c’est aussi le moment où les cloches qui s’étaient tues dès le Jeudi Saint, se remettent à résonner. Elles sonnent à toute volée dans Jour de Pâques de la 1ère Suite pour 2 pianos op 5 de Rachmaninov. Quelques années plus tard, en 1898, Mel Bonis met en musique ces carillons mystiques.

Dans Parsifal de Wagner, L’Enchantement du Vendredi Saint se présente comme l’apothéose d’un long voyage initiatique au terme duquel le Bien triomphe du mal, l’ascétisme de la luxure, le rachat de la malédiction, l’idéal chevaleresque de la médiocrité matérialiste. Dès le premier acte de Parsifal, nous sommes prévenus par une citation que fait Gurnemanz, le Doyen des Chevaliers du Graal « Ici, le temps devient espace ». Citons brièvement l’Apocalypse en miroir, pour en venir à Olivier Messiaen, « Il n'y aura plus de temps. » Cette formule préside à la conception de son célèbre quatuor pour violon, clarinette, violoncelle et piano. Avec Mahler, pour la première fois depuis Beethoven, la métaphysique déboule dans la symphonie. Dans le cinquième mouvement de sa 2ème Symphonie, Mahler a mis en musique le poème de Friedrich Gottlieb Klopstock « Die Auferstehung » (La Résurrection) qu’il avait entendu en 1894, lors de l’enterrement du chef d’orchestre Hans von Bülow. Il ne reprend que les deux premières strophes auxquelles il a ajouté des vers de son imagination.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Programmation musicale :

Jan Dismas Zelenka,

Missa Paschalis en ré Majeur ZWV 7 :
III. Credo :
4. Et resurrexit°
5. Amen

°Gabriela Eibenová, soprano
°Cyril Auvity, ténor
°Marián Krejčík, basse
Ensemble Inégal
Solistes Baroques de Prague
direction : Adam Viktora
NIBIRU 01582231

Jean-Sébastien Bach,

Oratorio de Pâques BWV 249 :
2. Adagio - pour hautbois d'amour cordes et basse continue

Alexei Ogrintchouk, hautbois d’amour et direction
Reinut Tepp, clavecin
Orchestre de Chambre Suédois
BIS BIS-SACD-1769

Hector Berlioz – Berlioz et Almire Gandonnière / d’après Johann Wolfgang von Goethe traduit par Gérard de Nerval,

La Damnation de Faust :
Chant de la fête de Pâques « Christ vient de ressusciter ! » (Acte II Sc 4)
Chœur, Faust

Michael Myers, ténor
Chœur du Festival d’Edimbourg
Orchestre de l’Opéra de Lyon
direction : Sir John Eliot Gardiner
PHILIPS 426 199-2

Sergei Rachmaninov,

Fantaisie-Tableaux, Suite n°1 en sol mineur op 5 :
4. Jour de Pâques

Martha Argerich, Lilya Zilberstein, pianos
WARNER (EMI) CLASSICS 50999 2 67051 2 5

Mel (Mélanie) Bonis,

Carillons mystiques op 31

Maria Stembolskaya, piano
LIGIA DIGITAL LIDI 0103214-10

Sergei Rachmaninov – d’après Edgar Poe / traduction russe Constantin Balmont,

Les Cloches, Symphonie chorale pour soprano, ténor, baryton, chœur et orchestre :
1er mouvement. Les clochettes d’argent du traîneau. Allegro ma non tanto

Evgeny Akimov, ténor
Chœur de la Radio WDR de Cologne
Chœur de Chambre Lege Artis
Orchestre Symphonique de la WDR de Cologne
direction : Semyon Bychkov
PROFIL PH070728

Richard Wagner,

Parsifal WWV 111 :
Karfreitagszauber (L’Enchantement du Vendredi Saint – Acte III)

Orchestre Philharmonique de Munich
direction : Sergiu Celibidache
WARNER CLASSICS 0190295581541/15

Richard Wagner,

Parsifal WWV 111 :
Prélude (Acte I)

Orchestre Philharmonique de Berlin
direction : Claudio Abbado
DEUTSCHE GRAMMOPHON 474 377-2

Olivier Messiaen,

Quatuor pour la fin du temps :
5ème mvt. Louange à l'éternité de Jésus

Torleif Thedéen, violoncelle
Lucas Debargue, piano
SONY CLASSICAL 88985363102

Gustav Mahler,

Symphonie n°2 en ut mineur, « Auferstehung » (« Résurrection ») pour orchestre avec soprano contralto et choeur :
5ème mvt. Auferstehung

Eteri Gvazava, soprano
Anna Larsson, contralto
Orfeón Donostiarra
José Antonio Sainz, chef des chœurs
Orchestre du Festival de Lucerne
direction : Claudio Abbado
DEUTSCHE GRAMMOPHON 00289 477 5082

Cordes sensibles :

Mario Castelnuovo-Tedesco,

Concerto pour violon et orchestre n°2 op 66, « I Profeti » (« Les Prophètes ») :
1er mouvement. Grave e meditative, « Isaiah » (« Isaïe »)
2ème mvt. Espressivo et dolente, « Jeremiah » (« Jérémie »)
3ème mvt. Fiero e impetuoso, « Elijah » (« Elie »)

Jascha Heifetz, violon
Orchestre Philharmonique de Los Angeles
direction : Alfred Wallenstein
RCA VICTOR GOLD SEAL 09026 61774 2

L'équipe de l'émission :
émission précédente
dimanche 28 mars 2021
1h 58mn
Faust