Magazine
Jeudi 12 mars 2015
5 min

Emilio et la sculpture

Cette semaine, Léa Minod a rencontré Emilio. Son violon d'Ingres : la sculpture.

Paris porte Montmartre, dans une rue calme.
Sur la porte, un panneau "merci de respecter les horaires" C'est loupé pour cette fois : nous sommes mercredi, il est 18 heures passé, le cours a commencé depuis une heure et demi.
Bienvenue dans l'un des nombreux locaux de l'association Paris ateliers.

Laurence de Vautibault, professeur de sculpture et de dessin m'entraîne au sous-sol rejoindre Emilio qui, les doigts dans le plâtre, hésite à me serrer la main. Devant lui un corps filiforme d'environ 60 centimètres aux allures de Giacometti. Pantin chancelant.

Comme le fameux sculpteur Emilio est italien. Et la matière, il la côtoie depuis tout petit. Entre un père maçon et un village de marbre (car c'est à Carrare qu'il est né) cet amoureux du toucher a pourtant choisi une autre voie, plus droite, plus rationnelle : l'ingénierie.

Aujourd'hui retraité il passe néanmoins son temps à faire ce qui lui a toujours plu, mettre les mains dans le plâtre, former, déformer.
Un œil sur l'horloge pour être dans le temps, surtout. Souvenir d'une époque où il lui fallait être exact.

L'heure sonne, Emilio remballe sa sculpture il reviendra bientôt à l'atelier. Mais pour dessiner cette fois-ci.

Atelier de modelage
Tous les mercredis de 16h30 à 19h30
Paris Ateliers - 19 rue Camille Flammarion, Paris 18e.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :