Versus
Programmation musicale
Samedi 24 juillet 2021
30 min

Dessner versus Bartók

Troisième volet de Versus, le rendez-vous qui fait s'affronter un compositeur du passé et un compositeur vivant. Un affrontement ? Il se pourrait bien que ce soit plutôt une rencontre…

Dessner versus Bartók
Bryce Dessner versus Bela Bartok , © Gerhard Kühne / Getty

Bela Bartok (1881-1945) versus Bryce Dessner (1976)

  • Les cordes

Bien que les deux musiciens soient instrumentistes, Bryce Dessner est un guitariste à tendance électrique et Bartok un pianiste, les deux compositeurs ont de manière plus ou moins inattendue une passion pour les instruments à cordes.

Bryce Dessner
Garcia Counterpoint
Bryce Dessner (guitare électrique)
4AD (2016)

Bela Bartok
Sonatine
Bela Bartok (piano)
Hungaroton (2014)

Il y a une vraie poésie pour les cordes, chez ces deux compositeurs. Quelque chose d’unique, lié sans doute à leur passion respective pour les musiques traditionnelles.

Bartok écrit en 1917 son Quatuor à cordes n°2, furieux, démoniaque. Quant à Bryce Dessner, il trouve avec les instruments à cordes un moyen d’expression qui lui sied très bien. Il écrit d’ailleurs récemment tout un ballet pour quatuor à cordes, Impermanence, inspiré par les feux destructeurs : ceux du bush en Australie, oo celui de la célèbre Forêt, la charpente de Notre-Dame de Paris…

Bryce Dessner
Impermanence : Alarms 1
Australian String Quartet, David Chalmin (électronique)
37d03d (2021)

Bela Bartok
Quatuor à cordes n°2 : Allegro molto capriccioso
Takacs Quartet
Decca (1997)

Bryce Dessner
Impermanence : Alarms 2
Australian String Quartet, David Chalmin (électronique)
37d03d (2021)

  • La pulsation

Les œuvres de Bartok et Dessner partagent le goût de la pulsation. Bela Bartok est le champion du monde officiel de pulsation. Souvent imité, jamais égalé ! Dans le final de son 1er Concerto pour piano, les pulsations sont tellement marquées qu’elles nous feraient hocher la tête avec autant d’amplitude qu’à un concert de rock !

Et dans son Concerto pour deux pianos composé en 2018 pour les sœurs Labèque, Bryce Dessner martèle les pulsations aussi.

Bela Bartok
Concerto pour piano n°1 : III. Allegro molto
Krystian Zimmerman (piano), Chicago Symphony Orchestra, Pierre Boulez (dir)
DG (2005)

Bryce Dessner
Concerto pour deux pianos : III.
Katia et Marielle Labèque (pianos), Orchestre de Paris, Matthias Pintscher (dir).
DG (2019)

  • Les musiques populaires

Si l’on repense à cette pulsation irrésistible, ce n’est pas bien dur de comprendre d’où elle provient. C’est sans conteste à chercher du côté des musiques populaires, que Bartok et Dessner aiment à la folie. 

Bartok est un des pionniers de l’ethnomusicologie. Pendant des années, le compositeur hongrois a parcouru toute l’Europe de l’Est, allant même jusqu’en Turquie. Muni d’un phonographe, il enregistre les chants et les danses des villageois à travers la campagne, témoignages d’une culture qui ne vit que par l’oralité. 

Musique traditionnelle roumaine
Enregistrée par Bela Bartok

Bela Bartok
Six Danses Roumaines : Polka Roumaine
Vadim Repin (violon), Boris Berezovsky (piano)
Erato (2001)

Bela Bartok
Six Danses Roumaines : Danse rapide
Vadim Repin (violon), Boris Berezovsky (piano)
Erato (2001)

Sufjan Stevens
John Wayne Gacy Jr.
Asthmatic Kitty Records (2005)

Quant à Bryce Dessner, il écrit dans son cycle Murder Ballads des réinventions de ces chansons folk américaines qui narrent les méfaits de célèbres meurtriers. Le dernier volet du cycle est une réécriture, non pas d’une chanson traditionnelle, mais de la ballade John Wayne Gacy Jr de son grand ami, le chanteur Sufjan Stevens.

Bryce Dessner
Underneath the floorboards
Eighth Blackbird
37d03d (2019)

  • Le contraste

Bryce Dessner écrit avec Tenebre, une pièce pour quatuor à cordes et bande pré-enregistrée comme une longue progression, partant d’un univers dense et ténébreux pour aboutir à une intense lumière. Dans les dernières minutes de l’œuvre on entend en "re-recording" la voix du chanteur Sufjan Stevens qui déclame les lettres hébraïques introductives aux lamentations de Jérémie. Aleph, Beth, Gimel.

Quant à Bartok et à son chef d’œuvre qu’est son opéra Le Château de Barbe-Bleue d’après le conte de Perrault, il contient un passage qui marque l’auditeur plus que tout autre. La vision d’un lac de larmes. Une immensité froide à l’orchestration somptueuse. 

Entre ces deux œuvres, c’est donc un passage de l’obscurité à la clarté la plus aveuglante. Des musiques intenses et dramatiques, tout en clair-obscur….

Bela Bartok
Le Château de Barbe-Bleue : 6e porte : Le lac de larmes
Orchestre Philharmonique d’Helsinki, Susanna Mälkki (dir)
BIS (2021)

Bryce Dessner
Tenebre
Kronos Quartet, Sufjan Stevens (voix)
Nonesuch (2013)

L'équipe de l'émission :