Variations Enigma
Magazine
Mercredi 25 juillet 2018
6 min

Variations Enigma – Énigme 3 / Indice 3 : Alexander von Zemlinsky

Troisième énigme : identifier un compositeur baroque célèbre, mais pas assez

Variations Enigma – Énigme 3 / Indice 3 : Alexander von Zemlinsky
Alexander von Zemlinsky © Wikipedia

Grand jeu France Musique de l’été : gagnez des CD !

Schönberg a écrit une brève notice pour présenter Alexander von Zemlinsky, immense compositeur né à Vienne en 1871 et mort à New York en 1942. Il y confie : « Zemlinsky fut mon professeur, je devins son ami, j’épousai plus tard sa sœur et, dans les années qui suivirent, il resta pour moi l’homme dont j’essayais de m’imaginer l’attitude lorsque j’avais besoin d’un conseil. » Schönberg poursuit en commentant les succès des créations des opéras de son ami. Lors de telles créations, des musiciens de métier formaient la plus grande partie du public dans la salle. Cela se gâtait ensuite lorsque venait le grand public qui avait d’importantes difficultés pour approcher cette musique, dense, complexe et exigeante. Schönberg avoue avoir besoin lui-même de plusieurs écoutes avant de goûter la beauté de l’écriture de Zemlinsky. Il conclut en affirmant : « en fin de compte, rien ne presse : Zemlinsky peut attendre ». 

Et il semblerait, lorsqu’on voit les programmations récentes, que le temps de Zemlinsky soit enfin venu. Il est courant de jouer à présent, et avec succès, Le Nain, Une Tragédie florentine, Le Cercle de craie ou, comme je l’ai fait pour lancer cette chronique, Der Traumgörge, le Rêve de Görge, un opéra où le monde onirique remplace progressivement le monde réel...

Certes, Zemlinsky n’a pas grand chose à voir avec le compositeur baroque que nous cherchons, à l’exception d’un mini-point commun qui se découvre notamment en consultant les index.

Concernant la musique de Zemlinsky, on a longtemps connu surtout ses quatre Quatuors à cordes, sa Symphonie lyrique, dont des mélodies sont citées dans la Suite lyrique de Berg et, désormais ses opéras. Ses Lieder, moins connus, sont pourtant tout aussi passionnants.

Son opus 8 est un cycle de quatre pièces composé en 1900-1901 et intitulé Chant du guetteur et autres mélodies. Pour exprimer la phrase : « Et quand le jour a exprimé toute sa souffrance », Zemlinsky trouve une mélodie d’une grande simplicité, comme évidente. Il a composé une cinquantaine de Lieder. Près de la moitié sont regroupés en six cycles. Le plus connu est l’opus 13 de 1913 sur six poèmes de Maeterlinck, dont plusieurs furent joués au fameux concert à scandale qui se termina au poste de police et où furent surtout créés les Altenberg Lieder de Berg.

L’opus 20, composé à Berlin en 1929, est un cycle de sept Lieder pour baryton et orchestre. Il permet de découvrir une facette moins connue, mais fortement engagée, de la personnalité de Zemlinsky. Ce cycle parle de la situation tragique des Noirs du Sud des États-Unis. En traduisant les titres en français, les six poèmes sont : Chanson du Dixieland ; Chanson de l’emballeur de coton ; Mort de la petite fille basanée ; Mauvais garçon ; Jugement ; Danse africaine ; et Arabesque, dont le texte dit : « Là-bas en Géorgie, un nègre se balance haut dans un arbre. Il trépigne d’une manière ridicule dans la riante lumière du soleil ». Nous ne sommes pas si loin du bouleversant Strange fruits de Billie Holliday.

Le troisième Lied, Totes braunes Mädel, « Mort de la petite fille basanée », débute par : « Avec deux roses blanches sur la poitrine, avec des bougies à sa tête et à ses pieds, la sombre Madone est allongée sur la pierre ; Le seigneur de la mort l’a trouvée très douce. »

Extraits musicaux diffusés 

Alexander von Zemlinsky
Die Traumgörge acte I scène 5
Görge et Chor :  Sie Kam Und Der Wald Ward Sonne Und Tag
Ténor : David Kuebler
Direction : James Conlon
Orchestre Philharmonique du Gurzenich de Cologne

Alexander von Zemlinsky
Turmwächterlied und andere Gesänge op 8 : 2. Und hat der Tag all seine Qual
(Poème de Jens Peter Jacobsen)
Chant : Kate Lindsey
Piano : Baptiste Trotignon

Alexander von Zemlinsky
Symphonische Gesänge op 20 : Totes braunes Mädel
Baryton : Willard White
Direction : Riccardo Chailly
Orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam

L'équipe de l'émission :