Variations Enigma
Magazine
Lundi 9 juillet 2018
6 min

Variations Enigma – Énigme 2 / Indice 1 : Stravinsky et Le Roi des étoiles

Grand jeu France Musique de l’été : gagnez des CD !

Variations Enigma – Énigme 2 / Indice 1 : Stravinsky et Le Roi des étoiles
Igor Stravinski, © Hulton Deutsch / Corbis Historical / Getty

Deuxième énigme : identifier une composition célèbre d’un compositeur qui l’est un peu moins.

Indice 1 : Stravinsky etLe Roi des étoiles

L’histoire du Sacre du printemps de Stravinsky, partition qui allait marquer le XXe siècle par ses rythmes ravageurs et ses mini-gammes primitivistes est bien connue. En 1910, Stravinsky imagine un grand rite sacral païen qui allait devenir le fameux ballet créé au Théâtre des Champs-Élysées le 29 mai 1913. Et, entre l’Oiseau de feu de 1910 et Le Sacre, il y a eu également Petrouchka. De quoi combler tout compositeur normalement constitué. Eh bien, pas Stravinsky. C’est une autre composition qui va aussi le passionner pendant cette période : Le Roi des étoiles. Et celle-ci constitue le premier indice de l’énigme.
Debussy en a dit : « La musique pour le Roi des étoiles reste extraordinaire. C’est probablement l’“harmonie des sphères éternelles” dont parle Platon (ne me demandez pas à quelle page !). Et je ne vois que dans Sirius ou Aldébaran une exécution possible de cette cantate pour “mondes” ! Quant à notre modeste planète, j’ose dire qu’elle restera telle une gaufre, à l’audition de cette œuvre… »  

Qu’elle est loin de l’univers du Sacre. Les harmonies sont d’une originalité folle, et Debussy n’avait pas tort lorsqu’il se montrait sceptique sur la possibilité d’une exécution sur notre planète de Svezdoliki, titre original qui signifie « Celui qui a le visage comme une étoile ». Achevée en 1912, la partition ne fut en effet créée que 27 ans plus tard, en 1939, fascinant alors Darius Milhaud qui écrivit dans la Revue musicale : « le Roi des étoiles est une fenêtre sur un monde féérique inouï ».
Rarement Stravinsky a été aussi coloriste que dans ce très grand orchestre qui soutient un chœur d’hommes. Moins de six minutes de musique, d’une grande densité, sur un texte symbolico-mystique de Constantin Balmont.
C’est une œuvre qui permet de mesurer les évolutions et les doutes d’un compositeur. En ce début de siècle, Stravinsky s’interroge. Doit-il prolonger le mysticisme de Scriabine ? Exprimer l’âme russe en privilégiant des mélodies populaires comme Bartók le fera pour la Hongrie. Ou encore, lui faut-il plonger dans le colorisme debussyste ? Il s’émerveille dans ces années 1910 d’être ami avec le compositeur français. Ils jouent souvent ensemble à quatre mains et c’est à Debussy qu’il offre son étrange partition. Vous connaissez la réponse à ses questions sur son futur. Rien de tout cela : avec quelques autres, il inventera le néoclassicisme… 

Extraits musicaux diffusés 

♫ Igor Stravinsky
Le Sacre du printemps : l’adoration de la terre (1er tableau) : Danse de la Terre Orchestre Symphonique de Boston
Direction : Michael Tilson-Thomas
Penta Tone Classics - 0827949022562-1-10

♫ Igor Stravinsky
Le Roi des étoiles : Maestoso e tranquillo - à 6 voix / pour chœur d’hommes et orchestre
Chœur du Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre
Orchestre Symphonique de Boston
Direction : Michael Tilson-Thomas
Penta Tone Classics - 0827949022562-1-10