Jeudi 5 juillet 2018
6 min

Variations Enigma - Énigme 1 / Indice #4 : Pierre Henry à la console

Grand jeu France Musique de l'été : gagnez des CD !

Variations Enigma - Énigme 1 / Indice #4 : Pierre Henry à la console
PIerre Henry à la console, © Getty / Julien Mignot

Première énigme : identifier un célèbre scandale de l’histoire de la musique

La Messe pour le temps présent, une collaboration entre Pierre Henry, Michel Colombier et Maurice Béjart, a fait beaucoup de bruit lors de sa création en 1967 au Festival d’Avignon. Il s’agit bien sûr d’un indice déterminant pour l’énigme à résoudre, mais le 5 juillet 2017, il y a pile un an, Pierre Henry, une figure attachante et à nulle autre pareille, nous quittait, et c’est donc aussi un hommage. Deux mois plus tard, la Philharmonie de Paris sortait un petit livre d’entretiens, très vivants, avec Franck Mallet. À un endroit du texte, Pierre Henry énumère nombre de ses compositions et Mallet lui fait remarquer :   

« - Vous oubliez la Messe pour le temps présent !
Pierre Henry lui répond :
­- Je ne l’ai pas mis dans mon catalogue d’opus ? Ah ! Si, en 1967 ! Mais ça, c’est une autre histoire… Comme pour Ravel, c’était mon Boléro, avec tout ce que ça représente de compliqué à gérer. Une œuvre qui a un succès aussi rapide et fabuleux, c’est dangereux. »   

Et la célébrité de Pierre Henry est bien entendu attachée à cette œuvre, mais surtout à l’aventure de la musique concrète.    

Mallet en dit : « la musique ne s’écrit plus avec des notes sur une partition destinée à des interprètes, mais à partir de sons et de bruits collectés, montés et transformés grâce à la machine. Les moyens sont rudimentaires, mais l’imagination déborde. »   

Et cette musique rencontrera plusieurs fois le grand public, notamment avec Les Shadoks. Dans ses géniales Variations pour une porte et un soupir de 1963, le nombre de sons de départ est limité : un soupir, un son aigu de type flexatone et la fameuse porte qui grince. Parfois même, il n’y a qu’un seul type de son à la fois ! C’est donc une véritable gageure pour un compositeur. Dans l’extrait suivant, on entend chanter une porte, Henry appelle cette section de ses variations Éveil, puis ce sera un duo stéréo de portes, qu’Henry met dans un passage qu’il nomme Étirement. L’enchaînement réalisé par nos soins de ce qu’on pourrait appeler « deux écritures » démontre qu’il s’agit bien de composition : on n’entend pas des bruits… mais de la musique.    

Pierre Henry était musicien, il jouait de la percussion, de la batterie et du piano. Surtout, il composait, et c’était souvent pour le concert. Les Variations pour une porte et un soupir ont ainsi été créées à l’Église Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Il s’intéressait aussi beaucoup au ballet, au cinéma, et même à la publicité. Et il aimait mixer… Son Dracula autour de musiques de Wagner est tout à fait stupéfiant. Et ce qu’il a tiré de Beethoven, n’est pas triste non plus.  
Pour corser le plaisir, le dernier extrait ne sera pas la Dixième symphonie de Beethoven qu’Henry a composée en 1979, mais le remixe qu’il en a fait en 1998. 

Extraits musicaux diffusés

Pierre Henry avec Michel Colombier
Messe pour le temps présent : Too fortiche
[Philips]   

Pierre Henry
Variations pour une porte et un soupir : Éveil et Étirement
[Philips]   

Pierre Henry
Pierre Henry remixe sa dixième symphonie
La Dixième symphonie de Beethoven : Pas perdus
[Philips]
 

Générique 

♫ ♪   Edward Elgar
Variation sur un thème original opus 36
Enigma : Variation n°11 G.R.S
Orchestre Symphonique de Londres
Eugen Jochum, direction       
[DGG 00289]  

L'équipe de l'émission :