Variations Enigma
Magazine
Jeudi 23 août 2018
6 min

Variations Enigma de Claude Abromont – Énigme n° 7 / indice 4 : Sports et Divertissements d’Erik Satie

Grand jeu France Musique de l’été : gagnez des CD !

Variations Enigma de Claude Abromont – Énigme n° 7 / indice 4 : Sports et Divertissements d’Erik Satie
Erik Satie, © Getty

Septième énigme : un compositeur du XIXe siècle au catalogue abondant… et éclectique

  • Énigme n° 7 / indice 4 : Sports et Divertissements d’Erik Satie 

« D’une manière très particulière, obéir, tout entier, descendre, se fixer, ne pas se tourmenter, fatigué, important, énigmatique, à part, dans le fond, avec fascination, plus loin, pur. », voilà quelques indications qui figurent dans le premier des Airs à faire fuir qui se trouvent dans les Pièces froides qu’Erik Satie compose en 1897, utilisant cette déstabilisante écriture sans barre de mesures qu’il prisait tant.   

On connaît son humour pince sans rire, celui qui fait que lorsque Debussy lui fait remarquer qu’il écrit une musique manquant quelquefois de forme, il répond en composant ses Morceaux en forme de poire. Oui, ses titres étaient souvent provoquants, par exemple Embryons desséchés, Préludes flasques ou encore Vexations, une simple page de musique qui doit se jouer 840 fois de suite, pour laquelle Satie ajoutait : « il sera bon de se préparer au préalable, et dans le plus grand silence, par des immobilités sérieuses. » Il en existe une version sur Youtube qui dure plus de neuf heures. Et cela avait pris plus de 18 heures en 1963 à New York. John Cage était bien sûr de la partie.   

Pour une autre composition, Satie explique en 1914 : « Pour les recroquevillés et les « Abêtis », j’ai écrit un choral grave et convenable. Ce choral est une sorte de préambule amer, une manière d’introduction austère et infrivole. J’y ai mis tout ce que je connais sur l’ennui. Je dédie ce choral à ceux qui ne m’aiment pas. Je me retire. »   

Et sur la partition de ce Choral inappétissant, Satie a noté : « 15 mai 1914 (le matin à jeun). » Cette pièce constitue le début des Sports et Divertissements qui constituent mon indice du jour. C’est un recueil de 21 instantanés qui ne prennent quelquefois que quelques secondes.    

Dans sa subtile biographie publiée en 2016, Bruno Giner en dit : « Attention, chef-d’œuvre. Après la composition en janvier 1914 des Choses vues à droite et à gauche (sans lunettes) pour violon et piano, Satie signe là l’une des œuvres les plus significatives et originales de tout son catalogue, indéniablement la plus importante post Schola Cantorum. Écrites entre le 14 mars et le 20 mai 1914, commande de l’éditeur Lucien Vögel, il s’agit de 21 miniatures pour piano — chacune ayant un titre spécifique — destinées à être illustrées par le dessinateur Charles Martin. À l’origine du projet, ce n’était pas Satie qui était pressenti mais Igor Stravinsky. C’est en raison du montant exorbitant de ses honoraires que Vögel fut contraint de se rabattre sur un compositeur moins cher ! En définitive, c’est l’appât du gain bien connu de Stravinsky qui a permis à Satie d’écrire l’une de ses plus belles œuvres ».   

Et la préface de Satie affine encore le sens de la chose : « Cette publication est constituée de deux éléments artistiques : dessin et musique. La partie dessin est figurée par des traits — des traits d’esprit ; la partie musicale est représentée par des points — des points noirs. Ces deux parties réunies — en un seul volume — forment un tout : un album. Je conseille de feuilleter ce livre, d’un doigt aimable et souriant, car c’est ici une œuvre de fantaisie. Que l’on n’y voie pas autre chose. » 

♫ Erik Satie
Airs à faire fuir (Pièces froides) : D’une manière très particulière
Alessandro Simonetto, piano
Aevea

♫ Erik Satie
Sports et Divertissements :   Choral inappétissant   La Pêche   Le Yachting   Bain de mer
Aldo Ciccolini, piano
EMI Classics

L'équipe de l'émission :