Une oeuvre, trois idées
Programmation musicale
Samedi 20 novembre 2021
3 min

Voyage en Italie avec Giovanni Pierluigi da Palestrina

Aujourd'hui, nous partons en Italie ! Marc-Olivier Dupin nous y emmène avec Giovanni Pierluigi da Palestrina et son chef-d'oeuvre Magnificat Primi toni... Voyage au sud !

Voyage en Italie avec Giovanni Pierluigi da Palestrina
Portrait de Giovanni Pierluigi da Palestrina (Palestrina, 1525 - Rome, 1594),, © Getty / DEA / V. PIROZZI
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Premièrement, il s'agit de l’œuvre d’un compositeur particulièrement prolixe, exclusivement dans le domaine de la musique vocale polyphonique. Longtemps compositeur officiel de Saint-Pierre de Rome, il est l’auteur de 104 messes, 375 motets, 35 magnificat… Mais au cours de sa longue carrière il composera également plus d’une centaine de madrigaux.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

La deuxième idée réside dansla fascination des compositeurs pour l’écriture à 8 voix.
A la Renaissance, le jeu polyphonique s’organise de multiples façons, notamment sous forme de double-chœur. A quatre voix chacun, les chœurs tantôt alternent avec un effet d’écho, tantôt se superposent pour donner une masse sonore imposante. Cette forme se retrouve au cours de l'histoire dont voici un exemple dans le motet de Bach Singet qui semble avoir fasciné Mozart :

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Troisième idée : à la Renaissance, les compositeurs ont une grande diversité de production qui  comprend à la fois des œuvres religieuses et des pièces profanes.

Mais celui qui est peut-être allé le plus loin dans ce « grand écart » est Orlando di Lasso, qui a composé parmi les plus belles pages de musique religieuses mais aussi des chansons quelque peu frivoles, telles que « Une puce j’ai dans l’oreille »…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :