Une oeuvre, trois idées
Programmation musicale
Samedi 16 octobre 2021
3 min

Valse avec la Belle au bois dormant

Ce matin, Marc-Olivier Dupin réveille la Belle au bois dormant avec trois idées. Retour sur cette oeuvre splendide de Tchaïkovski !

Valse avec la Belle au bois dormant
La Belle au bois dormant, © AFP / Walt Disney Productions / Collection ChristopheL
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Avant d'aborder la première idée qu'est le thème, remontons un peu le temps !
Au cours du 19e siècle, la valse envahit toutes les pratiques musicales : de la mélodie, à l’opéra, de la musique de salon à la musique symphonique. Ces valses ont en commun une structure métrique au service de la danse : la phrase musicale s’organise généralement sur une période de 4 mesures à 3 temps. Cependant, on rencontre une grande diversité de thèmes, comme par exemple dans ce tube que vous connaissez toutes et toutes : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Mais dans la valse de la Belle au bois dormant, Tchaïkovski va beaucoup plus loin dans la subtilité : son thème se déploie dans la durée et il est d’une invention mélodique extraordinaire ! Il donne d’ailleurs autant envie de chanter que de danser !

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La seconde idée est la façon dont le compositeur développe son thème. Dans cette valse, différents épisodes thématiques interviennent. Un peu comme si le thème en se promenant rencontre d’autres personnages et voilà qu’on le retrouve sous une autre forme. Cette fois-ci, les violons jouent le thème dans le grave, tandis que flûtes et clarinettes babillent dans l’aigu et les autres cordes graves marquent les contretemps mais sans marquer le premier temps. Tchaïkovski redistribue les plans sonores de façon magique !

Ensuite, troisième et dernière idée : l’introduction de la valse. Dans beaucoup de valses, l’introduction est plutôt un moment de préparation, les couples se forment. Règne alors le mystère ou le suspens, comme dans celle du Beau Danube Bleu. Ici, à l’inverse c’est le tourbillon qui prépare au calme du début la valse.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Pour retrouver les enregistrements de cette suite de la Belle au bois dormant : Karajan toujours, mais aussi Guergiev et bien d’autres… Et pour finir, une petite valse digne de Tchaïkovski, écrite par le si délicieux violoniste Fritz Kreisler, au son de velours :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :